lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Fin du broyage des poussins : la CFA critique les moyens, Welfarm les techniques

20 Juillet 2021

Fin du broyage des poussins : la CFA critique les moyens, Welfarm les techniques

L'annonce faite par Julien Denormandie de concrétiser la promesse d'interdire le broyage des poussins courant 2022 a déçu les éleveurs de la CFA, l'association spécialisée de la FNSEA, qui souhaitaient que la mesure soit mise en place «de manière progressive et sécurisée afin d'éviter la délocalisation et la concentration de l'accouvage et à condition que le surcoût ne soit pas pris en charge par les éleveurs». Pour la CFA, la réglementation par décret annoncée par le ministre de l'Agriculture «balaie d'un revers de main les inquiétudes des éleveurs et les condamnent à subir et à financer une nouvelle fois une transition à marche forcée», regrette-t-elle dans un communiqué paru le 19 juillet.

Ils plaident notamment pour une cotisation interprofessionnelle. A l'inverse, Welfarm a accueilli plutôt favorablement la calendrier, mais regrette que le ministre ait laissé le choix aux couvoirs de choisir entre les différentes techniques de sexage, car toutes ne sont pas réalisées après le même délai suivant la ponte. Welfarm souhaite que «le sexage in ovo soit réalisé au plus tôt, c’est-à-dire avant 7 jours d’incubation», arguant que «les recherches actuelles permettent d’affirmer que l’embryon ne ressent aucune douleur jusqu’à 6 jours».