lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Caprins : l'interprofession alerte sur le manque d'installations en filière longue

16 Septembre 2022

Caprins : l'interprofession alerte sur le manque d'installations en filière longue

Pour sa deuxième participation au Space du 13 au 15 septembre, l’Anicap (interprofession caprine) a mis l’accent sur le renouvellement des générations : un enjeu essentiel pour accompagner la croissance des marchés et anticiper les départs en retraite, ont expliqué les représentants de la filière à Agra Presse. «La pyramide des âges est plutôt favorable. Nous avons plus de jeunes que dans d’autres filières», pose d’abord la directrice de l’Anicap, Marilyne Le Pape. Cependant, la dynamique d’installation n’est pas suffisante, d’autant plus que les installations se font principalement sur des modèles fermiers. «Nous avons la particularité d’avoir la moitié des éleveurs qui livrent leur lait à des laiteries et l’autre moitié qui transforment à la ferme», précise Mickaël Lamy, éleveur dans le Maine-et-Loire et représentant de la coopération laitière au sein de l’Anicap. Or, les industriels craignent de manquer de lait à collecter dans les années à venir si les futurs éleveurs caprins ne s’installent pas en filière longue. «La nouveauté dans notre communication est de parler de devenir éleveur de chèvres en tant que salarié, dans des groupements d’éleveurs, par exemple. C’est une opportunité à laquelle on ne pense pas forcément, alors que les besoins d’astreinte et de remplacement sont importants», indique Marilyne Le Pape.

La rédaction