lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Brexit : les légitimes interrogations des OPA

12 Novembre 2020

Brexit : les légitimes interrogations des OPA

«Sommes-nous prêts ?» à 50 jours du Brexit, s’interrogent la FNSEA, la Coopération agricole et l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA) dans un communiqué publié le 10 novembre. Avec ou sans accord, le Brexit aura lieu le 1er janvier 2021 rappellent les trois organisations qui « depuis deux ans (…) se préparent à encaisser le choc du départ du Royaume-Uni de l’Union européenne ». Or, elles ne trouvent « qu’incertitude et manque de clarté », se désolent-elles. Elles avertissent l’Europe contre d’éventuelles dérives qui seraient préjudiciables tant au secteur agroalimentaire qu’aux consommateurs. Il est primordial pour elles, de « maintenir des règles du jeu équitable » et «une concurrence loyale». A l’appui de cette revendication, elles entendent que «les produits agroalimentaires qui entrent sur le marché européen devront respecter l’ensemble des normes de production européennes : ni les consommateurs, ni les producteurs ne pourraient comprendre qu’il en soit autrement». La FNSEA, la Coopération agricole et l’ANIA demandent également «que la réserve d’ajustement pour le Brexit, dotée de 5 milliards d’euros, soit mise à disposition du secteur agroalimentaire dès le 1er janvier, puisqu’il s'agit de l’un des secteurs les plus durement touchés par les répercussions du Brexit». La France est le 3e fournisseur et le 2e client du Royaume-Uni, «ce qui nous place comme des partenaires agricoles et alimentaires majeur», souligne le communiqué. Le Royaume Uni importe pour 4,5 milliards d'euros de produits de l'Hexagone. Et son approvisionnement dépend à 30 % de l'Union européenne.