lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
FD CUMA-Chambre d’agriculture : attrait confirmé pour la betterave fourragère

31 janvier 2019

FD CUMA-Chambre d’agriculture : attrait confirmé pour la betterave fourragère

La réunion technique organisée par le groupe betterave fourragère porté par la FD CUMA et la Chambre d’agriculture a rassemblée environ 80 personnes, jeudi 24 janvier, à Vors, commune de Baraqueville. L’attrait pour cette culture est confirmé en Aveyron, à la veille du lancement d’une deuxième campagne de mise en production.

Cette rencontre technique sur la culture de betterave fourragère était précisément organisée par un groupe d’éleveurs de la CUMA DEI (Départementale Energies Innovations) en partenariat avec des élèves de la licence professionnelle du centre de formation de Bernussou (Chambre d’agriculture). Ils ont communiqué sur les effets des premières rations de betterave fourragère à l’issue de la première année de production (22 ha) conclue cet automne par la récolte, puis distribuée à des bovins lait et ovins lait. Des éleveurs ont également témoigné sur leur première expérience de production, des semis à la distribution, en passant par la récolte.

Cette rencontre a rassemblé environ 80 personnes, dont les deux tiers d’agriculteurs, en présence d’élèves de Bernussou. Elle était animée par Patrick Couderc, enseignant de la licence professionnelle bovins lait à Bernussou, Jean-Claude Platon, conseiller machinisme FD CUMA, et des éleveurs du groupe betterave fourragère, Gilles Brast (Druelle), Christian Marty (Rignac) et Franck Delagnes (Almont-les-Junies). Les autres intervenants étaient Serge Moncet (RAGT) et Pierre Casenave (vétérinaire à Naucelle).

«Nous devrions avoir autour de 40 ha pour la deuxième campagne avec la CUMA DEI», annonce Patrick Couderc. «C’est un bon succès. Les éléments présentés lors de cette rencontre par les étudiants de Bernussou ont apporté des informations techniques et économiques encourageantes, en plus des témoignages d’éleveurs rassurants. Il reste encore des points techniques à améliorer concernant la présence des cailloux qui peuvent poser quelques problèmes lors de la distribution».

Augmentation des taux butyreux et protéique

Les étudiants de Bernussou ont enquêté auprès de onze élevages bovins lait bio et conventionnels et deux élevages ovins lait. «Les résultats économiques sont positifs et conformes à la bibliographie technique», résume Patrick Couderc. «Nous observons une augmentation des taux, notamment lors de la distribution optimale de betterave en bovins lait qui est de 15 kg brut/vache/jour. Automatiquement, cela se traduit par un prix du lait intéressant. Par exemple, sur l’hiver, décembre-janvier, il est de 370 euros/1 000 litres, avec 30-40 euros/1 000 litres de gain par le taux butyreux et le taux protéique».

Les engagements de surface pour la deuxième campagne sont en cours, avec une prochaine réunion programmée vendredi 15 février (lieu à confirmer). Ce sera l’occasion de finaliser une commande groupée de semences. «Elles seront cette année activées, autrement dit, elles germeront plus vite. Cela devrait améliorer plus encore la levée de cette culture», conclut Patrick Couderc.

D.B.