lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
CFPPA La Cazotte : une formation permaculture en place

31 janvier 2019

CFPPA La Cazotte : une formation permaculture en place

Le Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole (CFPPA) de La Cazotte, à St-Affrique, proposera en mars une formation sur la permaculture. Une première en France pour un établissement public, selon lui.

Une formation sur la permaculture d’une durée de 400 heures va débuter au CFPPA de La Cazotte le 6 mars et se terminera début juillet. Elle rassemblera dix personnes, dont six sont déjà inscrites (1). «L’idée est née il y a environ trois ans», explique Gérard Parisot, directeur du campus de La Cazotte et proviseur du lycée agricole du même nom. «Avec Elie James, maraîcher bio et formateur au CFPPA nous avons décidé de proposer une offre de formation dans le prolongement de celles lancées en agriculture biologique depuis plus de 20 ans à La Cazotte en partenariat alors avec la Chambre d’agriculture. Sur les 240 ha de parcelles agricoles du lycée, 120 ha sont aujourd’hui cultivées en bio». Bénédicte Rigal, directrice du CFPPA complète : «nous avions déjà des demandes émanant d’adultes favorables à ce type de formation sur la permaculture».

Culture permanente

La permaculture, est-ce différent du bio ? «Le bio, c’est produire plus propre avec un cahier des charges», répond Elie James, également maraîcher bio à St-Affrique avec sa compagne. «La permaculture, c’est produire propre, sans cahier des charges, en phase avec l’écologie naturelle, sans le travail du sol, avec de l’eau de pluie au maximum, en utilisant les haies, les buttes, les mares, et vendre ses productions en circuit court». Permaculture signifie en effet culture permanente et couverture végétale des sols, avec des espèces mélangées parfois. L’inspirateur de cette pratique serait un Japonais, Fukuoak (1913-2008). Deux Australiens ont théorisé la permaculture dans les années 1970, portée par une éthique et des principes de durabilité, d’autonomie, de moindre dépendance aux systèmes dits industriels.

«Le summum de l’agro-écologie»

«Un projet permacole est aussi une façon de se positionner soi-même dans l’environnement», résume encore Elie James. Pour Gérard Parisot, «il est également possible d’évoquer le travail de Pierre Rabhi, fondateur du mouvement Colibris, dans cette démarche pouvant apparaître comme le summum de l’agro-écologie». Selon Elie James, «la permaculture optimise au maximum les rendements, même sur de petites surfaces, avec un résultat hyper-intensif. Le revenu dégagé d’une surface de 6 000 m2 en permaculture peut représenter le revenu issu de 10 000 m2 d’une surface en agriculture biologique. A partir de 3 ans, il est possible de se passer de toute intervention mécanique avec la permaculture».

Formation qualifiante

«Cette formation qualifiante du CFPPA La Cazotte est la seule proposée en France par une structure publique», indiquent Bénédicte Rigal et Gérard Parisot. «L’objectif est qu’elle soit diplômante et reconnue dans l’avenir par le ministère de l’agriculture. Pour La Cazotte, il était nécessaire de proposer une formation encadrée et normée afin de faire connaître et développer la permaculture».

La formation est ouverte à toutes et tous, sans prérequis. La durée moyenne de la formation est de 600 heures au total, soit 400 heures au CFPPA et 200 heures de stage pratique en entreprise. Elle est financée cette année par la Région Occitanie, ou Pôle Emploi pour les demandeurs d’emploi, et Vivéa, Fafsea, le Compte personnel de formation...

D.B.

(1) Renseignements au 05 65 98 10 35. Ou par mail : cfppa.st-affrique@educagri.fr