lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
«Oreilles en balades»-Centre culturel Aveyron Ségala Viaur : tourisme culturel et patrimoine oral

30 aout 2018

«Oreilles en balades»-Centre culturel Aveyron Ségala Viaur : tourisme culturel et patrimoine oral

«Oreilles en balade» est une manière originale de découvrir par le son, le patrimoine de douze villages, entre Ségala et Causses, lancée en juillet dernier au Centre Culturel, Aveyron, Ségala, Viaur à Rieupeyroux. Objectif : mettre à disposition du public un patrimoine sonore réalisé par les habitants des villages aveyronnais concernés, en utilisant son smartphone et internet.

«Découvrez le patrimoine autrement», est ainsi résumé «Oreilles en balade», un support «de tourisme culturel où les habitants racontent, sous forme de documentaire sonore, les lieux, les grands moments, les petites anecdotes, leur vie au sein de leur village» détaille Sophie Pillods, directrice du Centre Culturel, Aveyron, Ségala, Viaur, basé à Rieupeyroux. Cette passionnée d’enregistrement sonore et d’histoires humaines anciennes, documentariste pour France Culture pendant 18 ans, est une Parisienne d’origine, installée dans la région de Rieupeyroux depuis 2000. Son idée est née dès 2014, avec un projet-pilote ciblé sur la commune de Prévinquières, élargi désormais sur douze communes(1), suite au retour positif de l’initiative innovante, unique sans doute en France sous cette forme. Comment ça marche ? Dans chaque village, une moyenne de six lieux d’écoute sont matérialisés par une signalétique «Oreilles en balade». En amont de sa visite, le touriste peut télécharger les documents sonores (durée maximum 3 mn par lieu) et les cartes GPS sur son smartphone via le site internet dédié(2). Il peut aussi, sur place, flasher les codes QR présents sur la signalétique, ou emprunter un audioguide si nécessaire. «Chaque point peut être écouté indépendamment. La durée de visite s’adapte au temps disponible, gratuitement, et donc toute l’année !», ajoute Sophie Pillods. Les enregistrements sonores ont été réalisés auprès des habitants des villages concernés, après un long travail de sélection mené localement, pour réunir des témoins, âgés en majorité de 50 à 90 ans, volontaires pour raconter leur village.

Intergénérationnel

Le résultat sonore est de grande qualité, en contenu, comme en confort d’écoute. Michel Creis, ancien ingénieur du son de Radio France, a en effet rejoint l’équipe, déjà étoffée de nombreux professionnels, comme Christophe Evrard, animateur de l’architecture et du patrimoine à l’association des Bastides du Rouergue, Laurence Fric, chargée du patrimoine à Aveyron Culture, Cécile Debove, documentariste formée au Creadoc, etc. Toutes et tous ont travaillé de concert pour la mise en valeur des témoignages sonores recueillis auprès des habitants, «dans une démarche qui se veut aussi citoyenne» relève Sophie Pillods, «fondée sur la transmission, l’intergénérationnel, car nous avons aussi associé les enfants des écoles primaires dans notre projet. Nous proposons en effet des documents sonores réalisés avec les enfants destinés aux jeunes auditeurs». Ce projet a reçu, en mai dernier, le premier prix national de la Fondation Korian pour son intérêt intergénérationnel. Ce travail a souvent redonné une nouvelle dynamique aux villages concernés, avec des habitants qui n’avaient pas toujours conscience de la valeur patrimoniale de leur village, de la qualité des témoignages parfois partagés en famille, et qui, là, sont désormais à l’écoute de tous, sans que ceux-ci soient identifiés. Des voix peuvent évidemment être reconnues, mais l’intérêt était de conserver une forme d’anonymat, limitant aussi le stress de l’enregistrement...

Agriculture

«L’idée», continue Sophie Pillods, «est donc de découvrir un village et un patrimoine racontés par les anciens qui vous confient à l’oreille leurs souvenirs. Cela est désormais possible sans avoir un grand-père sur place !». En écoutant avec son casque, le village reprend vie, avec des sons d’ambiance pris sur le lieu, en stéréo. «L’auditeur est transporté au cœur du monde rural, avec des clés pour comprendre ce qui s’offre à ses yeux : vestiges du Moyen-âge ou mai, cet arbre peint aux couleurs de la République, un lavoir, une chapelle, une place commerciale, comme cette du Gitat à Rieupeyroux». Evidemment, ces témoignages sonores évoquent souvent l’agriculture, son évolution, mais aussi des traditions qui se perpétuent comme les aubades, la recette de la poule farcie, la taille des lauzes, ou plus contemporain, la lutte contre l’enfouissement des déchets nucléaires à Sanvensa, et, bien-sûr, la vie d’un café, poumon du village... «Ici, pas de conférencier ni de spécialiste, ce sont les habitants des lieux qui racontent, mêlant témoignages et création sonore» souligne encore Sophie Pillods.

Ambassadeurs

Julie Martinez, de l’Office de Tourisme Aveyron Ségala, à Rieupeyroux, a inclu cet été deux parcours sonores dans son programme de visite traditionnelle destiné aux touristes. «C’est un produit que nous vantons, comme ambassadeur d’«Oreilles en balade» et qui a un bon retour auprès des visiteurs. Cet outil est complémentaire de notre travail». Les autres ambassadeurs partenaires, sont des bureaux de tabac, boulangers, restaurants, etc.., lesquels peuvent mettre à disposition des visiteurs, les audioguides, pour les personnes rétives aux nouvelles technologies !

Cette réalisation originale a été soutenue financièrement par les douze communes concernées, le Département, la Région, le CGET, la DRAC, la DDCSPP, la DSDEN, via Canopé, l’Europe dans le cadre du programme Leader, la CARSAT, et l’AG2R. Il a été financé à hauteur de 80 % par des aides publiques.

D.B.

(1) Sauveterre-de-Rouergue, Rieupeyroux, La Salvetat-Peyralès, Prévinquières, La Bastide l’Evêque, Vabre-Tizac, St-Salvadou, Sanvensa, Ste-Croix, Montsalès, Salles-Courbatiès, Peyrusse-le-Roc. Plus le bestiaire du sculpteur Pierre Prevost, à la Rouquette-Villefranche de Rouergue.

(2) www.oreillesenbalade.eu