lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Syndicat Montbéliard de l’Aveyron : une dynamique renouvelée

30 janvier 2020

Syndicat Montbéliard de l’Aveyron : une dynamique renouvelée

Le syndicat Montbéliard de l’Aveyron était réuni en assemblée générale mardi 28 janvier sur le secteur de Naucelle. L’occasion pour Christian Bastide de fêter ses 10 années de présidence et d’annoncer sa volonté de transmettre le relais à la jeunesse bien représentée dans les rangs de la race Montbéliarde !

A l’image de l’élevage choisi pour la visite lors de son assemblée générale, le syndicat Montbéliard de l’Aveyron a vu ces dernières années, de nombreux jeunes intégrés ses rangs. Bastien Boudou en fait partie ! Installé avec son père, Bernard à Castelmary au sein du GAEC Boudou du Suquet, il a témoigné de son attachement à la race, présente depuis plusieurs décénnies sur la ferme familiale. Son grand-père était d’ailleurs l’un des premiers à avoir introduit la Montbéliarde en Aveyron dans les années 50. «Depuis les années 60, notre élevage est 100% Montbéliarde ! Nous avons aujourd’hui 95 vaches à la traite et nous sommes fidèles au syndicat départemental de la race depuis le début», témoigne le jeune éleveur.

Les Aveyronnais performent sur les concours...

Un engagement partagé par d’autres jeunes éleveurs pour la race Montbéliarde notamment dans les différents concours. L’année 2019 a été particulièrement dense pour les éleveurs aveyronnais autour du concours régional à Aumont Aubrac (15 vaches issues de 6 élevages aveyronnais), du concours bi-départemental à Baraqueville (30 vaches et 8 génisses issues de 9 élevages aveyronnais) et du prestigieux concours national à Besançon (2 vaches issues de 2 élevages aveyronnais). «Je suis particulièrement fier de l’engagement des éleveurs de l’Aveyron dans ces événements qui font la promotion du travail qu’ils réalisent chaque jour dans leur élevage», a félicité Christian Bastide, président du syndicat Montbéliard de l’Aveyron s’appuyant sur les bonnes places décrochées. Lors du concours régional en Lozère, les Aveyronnais ont bien performé avec plusieurs premières places de section, des prix de championnat et un 1er prix parmi 9 lots d’élevage ! Des performances qu’ils ont renouvelé quelques jours plus tard à Baraqueville. Romain Lutherer, vice-président du syndicat Montbéliard de l’Aveyron a témoigné de sa participation avec Christian Bastide au National de la race à Besançon en fin d’année : «une semaine chargée en émotion ! Nous avons vu le top niveau de la race... et le chemin qu’il nous reste à parcourir ! Mais l’expérience était très enrichissante et la présence d’un petit département comme le nôtre en race Montbéliarde a été appréciée des organisateurs, ça fait chaud au cœur !».

Des émotions que les éleveurs Montbéliards de l’Aveyron sont bien décidés à revivre dès cette année : le 3 mai au concours départemental à Baraqueville et au Sommet de l’élevage à Cournon en octobre. D’autres rendez-vous techniques avec Coopelso notamment sur la présentation de taureaux, et conviviaux (pique-nique et voyage en été) seront aussi au programme de l’année. Pour faire la promotion de la race, le syndicat Montbéliard s’est équipé, avec le soutien du Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, de combinaisons nominatives disponibles pour chaque adhérent.

...et dans les élevages

L’assemblée générale est toujours l’occasion de présenter les 10 premiers élevages aveyronnais en MUT. Simon Cance éleveur à Flavin (52VL) arrive en tête avec une moyenne laitière à 9 052 litres ; TB : 40,7 ; TP : 33,8 ; MUT : 674. Il est suivi par l’EARL Jean-François Rey à Calmont (43 VL), une moyenne laitière de 8 574 ; TB : 40,9 ; TP : 35,3 : MUT : 654. Le GAEC du Dévézou à Manhac (53 VL) est troisième, une moyenne laitière de 8 661 : TB : 40,4 ; TP : 32,8 ; MUT : 634. «Ces résultats prouvent que nous sommes capables de faire du lait avec la race Montbéliarde en Aveyron !», a commenté avec le sourire Christian Bastide.

Serge Pouget de Coopelso a présenté le bilan de l’année 2019 : une légère baisse des IA via les taureaux Montbéliards (-5%), une légère baisse des vaches Montbéliardes inséminées, une stabilité dans le nombre de doses sexées utilisées (qui reste modeste par rapport à la moyenne nationale). Les prochains travaux porteront sur la santé des pieds et toujours sur la longévité.

Cédric Fourcade, technicien de Montbéliard Association a présenté les résultats d’une étude menée en partenariat avec l’INRA, l’Institut de l’élevage et les structures de conseil en élevage, sur la rentabilité de la race Montbéliarde dans tous les systèmes. «Dans un contexte de spécialisation des structures laitières et de l’intensification de la production, nous voulions étudier la place d’une race mixte comme la Montbéliarde, ses atouts. Cette étude a été menée sur une base de comparaison dans des troupeaux mixtes Montbéliard - Prim’Holstein et spécialisés dans l’une et l’autre race. L’idée n’étant pas d’opposer les systèmes mais d’apporter des éléments de réflexion...», a détaillé Cédric Fourcade.

Globalement ce qu’il ressort de cette étude, c’est que la race Montbéliarde, davantage présente dans des systèmes herbagers, tire bien son épingle du jeu : «plus le système est herbager, plus l’écart entre les deux races se resserre et plus la Montbéliarde fait la différence. La Montbéliarde même si elle produit moins de lait, affiche de meilleurs taux et de bons résultats économiques», explique Cédric Fourcade, qui note aussi les bonnes performances bouchères de la race et du coup la bonne valorisation des veaux et des vaches de réforme.

En fin d’assemblée générale, le syndicat Montbéliard de l’Aveyron a renouvelé trois de ses administrateurs : Pierre Bousquet, Pascal Cavaroc et Romain Lutherer. Le bureau va se réunir prochainement pour renouveler ses membres et Christian Bastide, président depuis 10 ans, a annoncé sa volonté de céder la place : «Après 10 ans à la présidence du syndicat, il est temps de passer le relais mais j’ai confiance en l’avenir, il y a de nombreux jeunes qui nous ont rejoint et qui ont envie de faire parler de la Montbéliarde aveyronnaise !».

Eva DZ