lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Sécheresse 2019, le dossier aveyronnais en partie rejeté : une décision inacceptable

30 janvier 2020

Sécheresse 2019, le dossier aveyronnais en partie rejeté : une décision inacceptable

Le dossier aveyronnais de demande de reconnaissance en calamités agricoles au titre de la sécheresse 2019 est passé devant la Commission nationale Gestion des Risques Agricoles mercredi 29 janvier.

Pour rappel, suite aux missions d’enquête organisées par la DDT avec la profession complétées par les bilans fourragers et les données issues des satellites ISOP, Airbus, Géosis et les données météorologiques, trois zones de sécheresse avaient été validées par le Comité départemental d’expertise en décembre.

Sur la zone 1 qui correspond à l’extrême nord du département et qui concernait 10 communes, la profession demandait un taux de perte à 45%, la moyenne des pertes des bilans fourragers sur ces communes se situe à 47%.

La Commission nationale a reconnu un taux de perte de 37%.

En revanche pour les deux autres zones (26 communes dans le sud-est du département et 72 communes à l’ouest du département), pour lesquelles la profession demandait respectivement un taux de perte de 43% et de 39%, la demande de reconnaissance en calamités agricoles a été purement et simplement rejetée.

Comment avez-vous réagi à cette décision ?

L. Saint Affre : «Nous sommes très déçus. Cette décision est inacceptable, inadmissible. La FDSEA, les JA, la Chambre d’agriculture se sont mobilisés à fond, nous avions construit un dossier sérieux, bien carré, avec une argumentation bien ficelée, avec le soutien et la validation de la préfète et de la DDT. Le voir retoqué de cette façon par le ministère et la DGPE (Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises) est une catastrophe ! Lors de la commission nationale du 29 janvier, la FNSEA, les JA et l’APCA sont montés au créneau pour défendre les dossiers présentés dont le nôtre mais malheureusement, ils se sont retrouvés seuls face à l’administration parce que d’autres syndicalistes irresponsables n’ont pas jugé utile de défendre les agriculteurs.

Quelle est la suite ?

L. Saint Affre : Clairement la décision du ministère et de la DGPE sur l’ensemble des demandes de reconnaissance en calamités agricoles montre leur volonté de tuer le système. Nous en avons la preuve une nouvelle fois aujourd’hui. Nous devons nous mettre rapidement au travail pour faire évoluer le dispositif car ces décisions qui causent de grandes déceptions et qui ne répondent pas aux réalités du terrain, ne sont pas acceptables. Nous devons réagir et vite !».

Eva DZ