lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Confédération générale de Roquefort : la Préfète fait le tour de la filière

27 septembre 2018

Confédération générale de Roquefort : la Préfète fait le tour de la filière

Mercredi 19 septembre, Catherine Sarlandie de la Robertie, préfète de l’Aveyron partait à la découverte de la filière Roquefort, en compagnie de Patrick Bernié, sous-préfet de Millau. Depuis une exploitation jusqu’aux caves d’affinage et à la dégustation, ils ont découvert les coulisses du roi des fromages !

Christian Gentil, président de la Confédération générale de Roquefort et Jérôme Faramond, vice-président, accompagnés des administrateurs (producteurs et fabricants) ont emmené la préfète de l’Aveyron, sur les terres du Roquefort, fromage emblématique du département.

Une journée complète lui a été consacrée pour découvrir les coulisses de la filière, depuis la production du lait de brebis dans un élevage, jusqu’à l’affinage dans les caves à Roquefort, sans oublier, bien sûr, la dégustation ! A Ségur, la préfète a découvert avec plaisir la passion de deux éleveurs, Marie-Noëlle et Christian Chauzy. «J’ai visité un élevage exemplaire, qui au-delà de son activité de production de lait de brebis pour la fabrication d’un fromage AOP, a développé une activité de tourisme à la ferme avec des gîtes. Ils sont franchement investis dans leur filière, dans leur produit jusqu’au bout, c’est admirable», a commenté la préfète à l’issue de la visite. Bergerie, stockage, séchage en grange, salle du tank à lait,... rien n’a été oublié ! «C’est important de montrer que la qualité de notre produit commence dans la bergerie», a souligné Jérôme Faramond.

Fête du Roquefort en 2019

Puis direction le siège de la Confédération générale de Roquefort à Millau, où les administrateurs, tant producteurs que fabricants, accompagnés de leur secrétaire générale Cécile Arondel-Schultz, ont expliqué le fonctionnement de leur filière, ODG et interprofession, ses évolutions mais aussi et surtout ses projets et ses perspectives. «Notre appellation est certes la plus ancienne mais ses valeurs sont toujours d’actualité et nous avons construit un projet collectif, qui réunit producteurs et fabricants, pour continuer de faire vivre le Roquefort, un emblème de la gastronomie française», a avancé Jérôme Faramond, ne cachant pas la baisse des ventes du roi des fromages depuis plusieurs années.

«Nous ne voulons pas rester les bras croisés, notre ambition est de relancer la machine avec de nombreux projets à la clé comme notre première fête du Roquefort, les 27 et 28 avril 2019», a complété Anthony Soulier, administrateur et responsable de la commission communication au sein de la Confédération générale de Roquefort.

Des actions locales mais aussi régionales et nationales puisque la filière Roquefort s’investit dans le plan de filière ovine, dans le prolongement des Etats généraux de l’alimentation, ainsi que dans la création d’une association nationale France Brebis Laitière qui met en avant l’ensemble des bassins ovins de France. Un engagement qu’a salué la préfète : «Je suis heureuse de voir une filière dynamique qui n’hésite pas à s’investir pour se développer».

Les administrateurs ont aussi évoqué le travail engagé pour prendre en compte les nouvelles attentes sociétales : bien-être animal, étude de consommateurs, recensement des pratiques vertueuses, empreinte environnementale,... Et les efforts quotidiens des éleveurs : plus de 80% des élevages ovins du rayon de Roquefort sont en suivi technique que ce soit auprès du service Élevage de la Confédération générale de Roquefort ou d’UNOTEC, représenté le jour de la visite par Jacques Molières, président de la Chambre d’agriculture.

La journée ne pouvait être réussie sans une dégustation de Roquefort et la présentation du travail de la commission organoleptique.

L’après-midi s’est déroulée à Roquefort, avec les visites des caves Société et de l’atelier de découpe et de conditionnement du Vieux Berger chez Vincent Combes. «Votre filière est essentielle à la vitalité économique de notre département. Vous êtes d’ailleurs tous métiers confondus, le premier employeur de l’Aveyron et l’un de nos ambassadeurs autour du roi des fromages», a conclu la préfète, ravie de cette rencontre.

Eva DZ