lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Marchés de producteurs de pays : Benoît Fagegaltier, nouveau président

27 juin 2019

Marchés de producteurs de pays : Benoît Fagegaltier, nouveau président

Benoît Fagegaltier a présidé sa première assemblée générale de l’association de gestion des marchés de producteurs de pays lundi 24 juin. Il succède à Cécile Contastin qui fut à la tête de l’association et du réseau Bienvenue à la Ferme en Aveyron pendant 6 ans. Le passage de relais est effectif pour cette nouvelle saison qui démarre !

Producteur de Laguiole fermier AOP et de viande bovine issue de son troupeau Charolais dans le Nord Aveyron, Benoît Fagegaltier nouvel élu à la Chambre d’agriculture, succède à Cécile Contastin à la tête du réseau Bienvenue à la ferme en Aveyron et de l’association de gestion des marchés de producteurs de pays. Ils ont animé ensemble l’assemblée générale de l’association, l’un pour évoquer l’activité de l’année et le second pour préparer l’avenir.

Des marchés sans équivalent

Et la suite c’est déjà aujourd’hui puisque la saison touristique a démarré avec l’ouverture des premiers marchés de producteurs de pays. «Le réseau vit bien grâce à sa différenciation, les marchés de producteurs de pays sont un concept unique créé en Aveyron par Sylvette Hermet et devenu national», a rappelé Cécile Contastin. Ce réseau est porté par une charte et un cahier des charges national qui garantissent l’origine des produits. Une spécificité qui répond pleinement aux attentes actuelles des consommateurs en recherche de garanties, d’authenticité et de proximité.

La marque et le logo, propriétés de l’APCA sont réservés aux Chambres d’agriculture, l’association de gestion des marchés de producteurs de pays de l’Aveyron se charge de la gestion et de la promotion de la marque.

Le réseau des marchés de producteurs de pays s’intensifie notamment à l’échelle nationale passant en un an de 34 à 40 départements engagés proposant 440 lieux de marchés, 2 300 marchés organisés par an et 2 400 producteurs concernés. Les grandes villes ont elles aussi déployé leurs marchés de producteurs avec pas moins de 21 propositions de marchés au printemps et à l’automne : 17 à Paris et sa banlieue, 2 à Lyon, 2 à Toulouse et 1 à Montpellier.

En Aveyron, la tendance se maintient également. 250 agriculteurs et artisans y adhèrent, un chiffre stable mais avec un important renouvellement, ainsi 45 nouvelles candidatures sont en cours. Leur présence est en forte hausse sur les marchés. Côté organisateurs, 18 sites de marchés sont proposés dont un à l’année à Saint Geniez d’Olt (61% en consommation sur place et 39% en marché d’approvisionnement). A noter la présence d’un marché de producteurs de pays au congrès national de Familles Rurales à Rodez en octobre qui a réuni 700 personnes !

En moyenne, les 185 marchés accueillent 16 exposants (2 375 emplacements) et autour de 60 000 visiteurs selon les estimations. Une enquête réalisée en 2017 sur les marchés de producteurs a révélé qu’ils engendraient un chiffre d’affaires de l’ordre d’un million d’euros (pour les 16 sites estivaux).

Pour conforter les producteurs, artisans et organisateurs de marchés dans leur démarche, cette enquête a aussi montré la confiance des visiteurs dans le concept : 86% ont confiance dans l’appellation Marché de producteurs, qui leur apporte une garantie. De même, les agriculteurs engagés considèrent à 61% que le fait d’être réservé aux producteurs est un atout.

«Aujourd’hui plus que jamais les marchés de producteurs ont leur place», attestent Cécile Contastin et Benoît Fagegaltier. «L’engouement des consommateurs pour les références aux terroirs et aux circuits de proximité ne se dément pas et va même grandissant». De bon augure pour tous les producteurs, artisans et les organisateurs de marchés qui s’investissent dans la réussite du réseau !

Pour autant, il ne faut pas relâcher les efforts : «Nous devons maintenir une attention particulière sur les appellations trompeuses, pour défendre cette notion de producteur», a rappelé Benoît Fagegaltier, dans son rapport d’orientation. «Nous devons lutter contre la banalisation des termes «fermier» et «production fermière» trop souvent récupérés par des personnes qui n’ont rien d’éleveurs ni de producteurs transformateurs !», a-t-il insisté. «De notre côté, nous devons être irréprochables pour maintenir et développer la qualité du réseau et des produits», a-t-il recommandé.

Des précisions sur le réglement départemental

Ainsi, l’association de gestion des marchés de producteurs de pays par le biais de sa conseillère spécialisée Magaly Bruel Fraysse et de son conseil d’administration, continue de mener rigoureusement les procédures d’agrément et de suivi des producteurs pour vérifier que l’activité et les produits correspondent bien aux critères définis dans la charte, le règlement départemental et le guide d’interprétation national «produits de la ferme». Les suivis techniques, sanitaires et technologiques de la Chambre d’agriculture sont de parfaits compléments.

Le conseil d’administration a d’ailleurs apporté quelques précisions au règlement départemental. Quand les emplacements et les gammes de produits le permettent, les agriculteurs de l’Aveyron devront être acceptés en priorité. Les exposants ayant fait de la revente ou qui ont troublé l’ordre public du marché ou qui ont été discourtois et irrespectueux seront exclus définitivement. Les produits d’accompagnement seront plus cadrés (pâte à tartiner maison, confitures maison, miels d’apiculteurs locaux pour accompagner crêpes et gaufres par exemple...). Seules des spécialités aveyronnaises et produits locaux fabriqués par l’artisan dans son local pourront être autorisés. Et pour les producteurs qui proposent des burger aveyronnais, 51% des produits doivent provenir de l’exploitation dont la viande, les accompagnements doivent être simples (salade, tomate...) et le pain de fabrication artisanale locale. En 2020, l’association proposera des commandes groupées pour de la vaisselle jetable afin d’ancitiper la transition écologique.

Benoît Fagegaltier en a profité pour remercier les organisateurs de marchés : «sans leur suivi, le maintien des marchés de producteurs serait difficilement possible». Il en appelle donc aux producteurs pour venir en soutien ! «Ce qui nous différencie c’est ce lien entre producteurs, artisans, organisateurs de marchés et consommateurs», a illustré Brigitte Mazars, administratice et conseillère départementale. «Il est donc important de maintenir ce réseau des marchés de producteurs pour entretenir et développer ce lien privilégié».

Pour accentuer l’attractivité des marchés de producteurs et mettre en avant leurs spécificités, l’association va maintenir les supports de communication (sets de table, billets de tombola, affiches, dépliants, oriflammes, badges, flèches de signalisation, banderoles...) Un compte Facebook a été créé en 2017 et l’association encourage les agriculteurs et tous ceux qui soutiennent les marchés de producteurs à venir partager (Aveyron marchés de producteurs de pays).Un projet de flyer est à l’étude avec une base commune à tous et une partie personnalisée par chaque marché.

L’opération des tabliers offert à tous les adhérents avec la sérigraphie «Le producteur c’est moi» ou «l’artisan c’est moi» a été renouvelée pour cette saison. Une saison que les adhérents de l’association de gestion des marchés de producteurs de pays espèrent des plus réussies !

Eva DZ