lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Concours des Pratiques Agro-écologiques Prairies et Parcours : succès de l’édition sur le Lévézou

27 juin 2019

Concours des Pratiques Agro-écologiques Prairies et Parcours : succès de l’édition sur le Lévézou

Jeudi 13 juin s’est tenu sur le Lévezou le Concours Général Agricole, catégorie Pratiques Agro-écologiques Prairies et Parcours, anciennement appelé «Concours des prairies fleuries».

Ce concours, représenté sur plusieurs dizaines de territoires par an en France, était organisé en Aveyron, sur les zones humides par la Cellule d’Assistance Technique aux Zones Humides (CATZH) de l’Aveyron, portée par l’Adasea.d’Oc. Cette session se déroulait sur la partie Ouest du Lévezou qui possède de nombreuses prairies humides d’intérêt. Les communes retenues sont Pont-de-Salars, Canet-de-Salars, Arvieu, Curan et Salles-Curan, dans les catégories fauche et/ou pâturage.

Le concours vise à mettre en avant les prairies pour leurs multiples intérêts : fourrage, paysage et biodiversité. Les prairies récompensées sont celles qui présentent le meilleur équilibre entre les propriétés agro-écologiques de la parcelle et l’usage qui en est fait. Sur le territoire du Lévézou, le concours a été mis sur pied avec l’idée de valoriser les inventaires de zones humides mais également leur gestion par les agriculteurs puisque les parcelles qui concouraient sont prises en compte dans la gestion des exploitations.

Cinq éleveurs participants

Très concrètement les participants sont des éleveurs qui possèdent des parcelles sur lesquelles sont présentes des zones humides. Cinq éleveurs ont proposé une ou plusieurs parcelles qui ont été pré-évaluées par un passage des représentants de la CATZH. Les parcelles retenues pour le concours ont été évaluées le 13 juin lors du passage du jury qui s’est basé sur une méthode d’observation de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA).

Les parcelles sont jugées sur différents critères : l’aspect agronomique de la parcelle au travers de la fonctionnalité agricole, la productivité, la valeur alimentaire et la souplesse d’exploitation ; l’aspect écologique en prenant en compte la diversité végétale, les fonctionnalités écologiques et la valeur apicole. Enfin les parcelles sont également jugées sur leur valeur paysagère et patrimoniale.

Un jury d’experts

L’évaluation de tous ces critères est fait par un jury d’experts ; ce dernier était constitué de Mireille Lafouge, conseillère en agronomie de la Chambre d’agriculture Aveyron, pour l’évaluation sous l’angle agronomie et fourrage, de Francis Kessler, chargé d’études botaniques et végétation au Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées (CBNPMP), pour évaluer la biodiversité présente sur la zone humide, et de Gérard Briane, du laboratoire de recherche GEODE et maître de conférence à l’Université Toulouse Jean Jaurès, pour contrôler l’intérêt apicole des parcelles. Faisaient également partie du jury Marie-Dominique Albinet, chargée d’études environnement et pédagogie, du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Aveyron (CAUE), ainsi que Clément Decaux, technicien milieux naturels, du Syndicat Mixte du Bassin Versant du Viaur (SMBVV).

A la fin de la visite de chaque parcelle, un échange particulièrement enrichissant a lieu entre les membres du jury qui apportent un œil d’expert sur la gestion, la composition, les qualités… de la parcelle, et l’exploitant qui donne sa vison de la parcelle, son historique mais également des attentes et des conseils de gestion. Très souvent lors de leurs analyses, les experts apportent un début de solution quant aux problématiques rencontrées par l’éleveur sur les zones humides (amélioration du rendement, développement de certaines espèces plus appétentes…).

Les lauréats connus dans l’été

A l’issue du concours, un premier prix agro-écologique ainsi que des distinctions pour l’intérêt apicole, agronomique et biodiversité seront distribués aux participants. Le grand gagnant et la prairie présentant le meilleur équilibre agro-écologique seront connus dans le courant de l’été lors d’un évènement départemental.

La prairie qui remportera le premier prix sur le territoire du Lévézou sera à nouveau en lice à Paris, et sera confrontée aux lauréats des autres territoires, lors de la 128ème édition du Concours général agricole qui aura lieu du 22 février au 1er mars 2020, Porte de Versailles.

Les encadrants CATZH du concours à l’Adasea, Emmanuel Gilhodes, chargé de mission écologie et environnement, et Théo Sincholle, stagiaire en environnement, sont ravis de ce qu’a apporté le concours en termes de valorisation de ces prairies et du travail des éleveurs. C’est également une autre manière de mieux faire connaître ces questions et de s’en saisir.

Cet événement à succès a vocation à perdurer et sera de nouveau proposé en 2020 sur un autre secteur du département.

Article Adasea.d’Oc