lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Service de remplacement Aveyron : vacances, j’oublie tout !

26 juillet 2018

Service de remplacement Aveyron : vacances, j’oublie tout !

Eleveur bovins allaitants à Colombiès, Guy Pailloux fait appel au service de remplacement depuis plus de dix ans pour ses départs en vacances.

Guy Pailloux, 56 ans, est installé en GAEC avec son épouse Joëlle à la Baraque de Combrouze, sur la commune de Colombiès. Le couple élève 75 vaches de race Limousine sur une SAU de 63 ha. L’exploitation produit du veau d’Aveyron et du Ségala sous label rouge commercialisé avec la SA4R. Ils adhèrent au service remplacement départemental depuis environ dix ans. Ce service dépêche ainsi un salarié spécialisé sur la ferme pour les remplacer durant leurs vacances. «Nous partons en général en hiver, début mars, pour aller skier dans les Pyrénées pendant trois jours. Depuis ces dernières années, nous avons l’avantage d’accueillir le même salarié, Benoît, qui habite aussi à Colombiès et qui connaît très bien notre exploitation».

Huit jours en été

Cet été, le couple a prévu de partir huit jours dans l’arrière pays niçois. «J’ai téléphoné en mars pour réserver notre salarié au service remplacement départemental» dit Guy. «En hiver, je réserve toujours dès novembre pour les vacances de mars. C’est important de s’y prendre tôt si l’on veut avoir le salarié habituel. C’est en effet notre préférence, mais nous nous adaptons à toutes les situations si nécessaire». Guy ajoute : «avant le départ, le midi en général, nous faisons le point avec le salarié durant la matinée, sur le travail, les recommandations concernant le troupeau, le sanitaire, qui est l’un des points délicats, l’accès à l’eau ou l’électricité. Le salarié fait notamment la tétée du matin et du soir, et en été, il gère aussi le pâturage. Il arrose également les plantes, nourrit le chien et le chat, surveille le fonctionnement du congélateur, ce sont là-aussi des points importants pour la vie de la ferme. Cette présence nous rassure évidemment. Nous partons toujours l’esprit tranquille. En cas de souci, le salarié téléphone mais c’est très rare. Nous faisons cependant un point en milieu de vacances pour confirmer que tout va bien !».

«Nous sommes couverts»

Selon Guy, le service de remplacement fait bien le travail : «si le salarié tombe malade ou dans l’incapacité de travailler, nous savons que le service de remplacement trouvera la bonne solution à notre place. Car gérer une telle situation à 300 km de la ferme ou plus, ce n’est pas facile, à moins d’interrompre dans l’urgence les vacances. Nous n’avons heureusement jamais connu ce petit désagrément». Autre point positif, le volet administratif : «le service de remplacement s’occupe du bulletin de paye, de tout que ce qui est obligatoire pour la déclaration d’un salarié. C’est important pour la sécurité de tous. Nous sommes donc couverts. Nous recevons ensuite la facture. C’est très simple finalement. Le plus compliqué en réalité, c’est la disponibilité du salarié au moment où on le veut !». Le GAEC est par ailleurs adhérent d’un groupement d’employeurs. «Cet autre salarié vient aussi chez nous, environ 15 jours par an» confie Guy, lequel n’oublie pas les animations SA4R dans les magasins Auchan de France : «dans ce cas, c’est mon épouse qui assure seule à la ferme, environ neuf jours dans l’année». Pour l’éleveur, il est important de communiquer sur la production de Veau d’Aveyron et du Ségala. Il est aussi nécessaire pour le couple de quitter la ferme, pour des vacances qui sont toujours attendues et bien méritées !

D.B.