lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Fédération Simmental-Rhône Alpes Massif Central : un EuroSimmental à Cournon

26 juillet 2018

Fédération Simmental-Rhône Alpes Massif Central : un EuroSimmental à Cournon

Au deuxième rang national en terme de pointage, l’Aveyron est une référence en race Simmental. Le département a reçu, mardi 24 juillet à Curières, l’assemblée générale de la Fédération Simmental Rhône Alpes Massif central.

Avec plus de 7 000 vaches inscrites, la Fédération inter-régionale Simmental Rhône Alpes représente près de la moitié de l’effectif national de la race en France. «Nous sommes un peu le deuxième berceau», sourit le président, Serge Grange, éleveur dans la Loire. La Fédération réunit les éleveurs Simmental de 11 départements (Aveyron, Lozère, Cantal, Puy de Dôme, Loire, Haute-Loire, Ain, Jura, Isère, Haute Savoie et Saône et Loire). L’Aveyron est le socle de la fédération avec près de 3 000 vaches inscrites.

«Notre rôle est de fédérer les énergies autour de la Simmental, qui constitue en France, une race à petit effectif, parfois encore méconnue des éleveurs», souligne Serge Grange. «Notre fédération représente au sein de l’OS Simmental, des élevages en système herbager, en altitude. C’est important que nous puissions défendre nos spécificités dans les orientations de la race», continue le président. «Notre gros point de rendez-vous est le Sommet de l’élevage, autour d’un noyau d’éleveurs qui se plaît de se retrouver lors de ce grand événement de promotion de l’élevage». Pour la race Simmental, c’est l’occasion de communiquer sur ses qualités de rusticité, de longévité, de mixité, de résistance aux mammites : «Nous sommes très sollicités par les éleveurs en conversion AB», note Serge Grange.

L’assemblée générale de la Fédération est itinérante et cette année, les éleveurs se sont retrouvés à Curières en Aveyron, accueillis par le syndicat Simmental du département et son président, Pierre Salelles. Comme les autres races, la Simmental souffre d’un marché de la génétique atone excepté sur l’export. «Pour autant, la Simmental ne doit pas être bradée. Nous devons nous pencher sur une adaptation de notre système de commercialisation», a souligné Serge Grange, prenant l’exemple des éleveurs de l’Aveyron qui «ont su se retrousser les manches pour sauver la production laitière sur l’Aubrac, avec une valorisation qui fait des envieux !».

Le président de la Fédération en est convaincu, la Simmental a de beaux jours devant elle : «dès cet automne, nous devrons bien aborder les défis à venir : le choix d’un système d’indexation des animaux, l’adaptation de la structure OS au réglement zootechnique européen et la refonte de l’ISU. Le séminaire prévu en septembre doit nous permettre de prendre les bonnes décisions», a-t-il encouragé. Il s’appuie sur une belle dynamique de la race en France : «La Simmental est présente un peu partout en France, de 200 à 6 500 femelles selon les départements. Et plus de 1 700 cheptels possèdent au moins une Simmental».

Sur le secteur géographique de la Fédération, la Simmental peut, de plus, s’appuyer sur la stabilité de ses effectifs depuis 3 ans : la baisse des effectifs inscrits (-3%) est essentiellement due à l’arrêt du contrôle laitier par les éleveurs et non à l’arrêt d’élevages.

Au sein de la fédération, 91 éleveurs adhèrent à l’OS Simmental avec 4 400 vaches. Le nombre d’éleveurs est identique et le nombre de vaches en augmentation (+3%). La Fédération représente 44% des élevages et 41% des effectifs inscrits au national. Sur les mêmes critères, l’Aveyron représente 37% des élevages et 38% des effectifs inscrits au sein de la Fédération. «Il est donc naturel que nous représentions une force de proposition au sein de l’OS», a argumenté Pierre Salelles.

Enfin, la Fédération relaie les concours et manifestations locales autour de la Simmental comme Miss Lozère à Aumont Aubrac, les Journées laitières à Baraqueville, le concours départemental à Saint Amans des Côts, qui cette année a particulièrement marqué les esprits par sa qualité et l’homogénéité des lots présentés. Mais aussi des événements de plus grande envergure comme le SIA à Paris et le Sommet de l’élevage à Cournon. Cette année, cet événement accueillera de nouveau l’EuroSimmental avec une cinquantaine d’animaux français, allemands, autrichiens et suisses en compétition. Rendez-vous cet automne !

Eva DZ