lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Edito : «Voir plus loin que le virus»

26 mars 2020

Edito : «Voir plus loin que le virus»

«La crise liée au Coronavirus s'étend à travers le monde. Notre pays est désormais l'un des plus concernés. La première priorité est évidemment de préserver la santé de la population et donc d'appliquer toutes les recommandations pour limiter la circulation du virus et éviter une situation de rupture dans les services de santé et leurs personnels, en première ligne dans ce combat.

Dans un contexte où les autorités ont fait du «confinement» l'axe principal de la stratégie sanitaire, la deu- xième priorité est la continuité des activités essentielles, au premier rang desquelles l'approvisionnement alimentaire de la population. Évidemment les agriculteurs et leurs familles, l'ensemble des entreprises du secteur agroalimentaire et leurs salariés, se mobilisent et s'en- gagent totalement pour répondre à cet impératif : nour- rir la population. Cela n'est pas si simple : des difficultés logistiques, une organisation du travail rendue plus complexe par les restrictions... chacun à son niveau a dû faire face rapidement et s'adapter. Malgré ces contraintes, l'ensemble de notre secteur assume et assure !

On ne peut que regretter la décision nationale de fermeture des marchés de plein air dans les villes. Pour être efficace, l'approvisionnement de la population doit se faire par plusieurs voies, la distribution certes, mais aussi le commerce de proximité et les marchés. La bonne réponse est d'améliorer leur organisation, aussi nous appelons la préfecture et les maires à activer la possibilité de dérogation laissée à l'échelle locale sur la base des mesures de sécurité. De toute façon, les gens iront faire leurs courses quelque part, les concentrer ailleurs dans un endroit fermé est contre-productif d'un point de vue sanitaire. Nous appelons aussi les autorités à faire preuve de discernement quant à l'application des restrictions : les agriculteurs savent mieux que les gendarmes le bon moment d'intervenir dans les champs...

L'impact économique global de cette crise sanitaire sera colossal si les mesures de restriction et de confinement devaient durer trop longtemps. Des mesures écono- miques d'urgence sont annoncées, elles sont nécessaires, elle devront être ajustées dans l'objectif de préserver l'ensemble des entreprises si l'on veut que l'économie redémarre à la fin des restrictions.

Des leçons plus larges seront à tirer à l'issue de ces événements. On notera avec malice que l'agribashing a disparu des écrans radar... les mêmes qui passaient leur temps à «taper» sur le «modèle agricole» étant davantage occupés à remplir les caddies. Le funeste virus aura-t-il permis, au moins, de remettre les priorités dans le bon ordre ? La santé et l'alimentation de nouveau au centre ! «Déléguer notre alimentation est une folie» cette prise de conscience du Président de la République sera très certainement utile quand reprendront les discussions des accords commerciaux... et plus globalement dans la facon d'appréhender les rapports de force géopolitiques dans l'économie mondiale.

Les enjeux fondamentaux ne trouvent jamais de réponses dans l'immédiat et le court terme. Les identifier et mettre en œuvre des stratégies dans le temps pour y répondre doit redevenir le cœur de l'action publique et de la politique, au sens noble du terme. En cela, le Coronavirus met aussi le doigt sur la fragilité et la pérennité de nos démocraties».

Dominique Fayel