lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Syndicat de défense et de promotion du fromage Laguiole AOP : le lait cru, spécificité à défendre

24 octobre 2019

Syndicat de défense et de promotion du fromage Laguiole AOP : le lait cru, spécificité à défendre

L’Organisme de défense et de gestion (ODG) de l’AOP Laguiole était en assemblée générale mercredi 23 octobre. Une filière qui retrouve du dynamisme dans les ventes et qui développe des projets pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs.

Après avoir connu une très légère baisse d’activité en 2018, le fromage Laguiole AOP affiche une progression cette année (+5%). «Le travail engagé par la coopérative Jeune Montagne pour s’adapter aux nouveaux usages et modes de consommation, pour développer de nouveaux marchés et proposer des fromages de Laguiole de grande qualité, a permis d’inverser la tendance», a expliqué François Maynier, président de l’ODG Laguiole AOP.

En 2018, 74 exploitations (soit environ 120 producteurs) ont produit plus de 16 millions de litres de lait et les 7 transformateurs (dont 6 fermiers + la coopérative Jeune Montagne) ont commercialisé près de 600 tonnes de fromages. Et en 2020, 4 nouveaux producteurs vont intégrer la filière.

Afin de poursuivre sa stratégie de création de valeurs, la filière AOP Laguiole réfléchit à de nouvelles pistes pour s’adapter aux nouveaux modes de consommation, en diversifiant les modes de présentation à la vente sous forme de râpé ou de dés par exemple. Mais problème le cahier des charges n’autorise pas pour l’instant à commercialiser le Laguiole AOP de cette façon. Le conseil d’administration de l’ODG a donc déposé auprès de l’INAO, une demande pour modifier son cahier des charges en ce sens. «Nous espérons que cette demande d’évolution pourra entrer dans le cadre d’une procédure simplifiée afin de permettre un traitement plus rapide du dossier et donc une mise en place rapide de ces produits», a avancé François Maynier.

Plus largement, le syndicat de défense et de promotion de l’AOP Laguiole a lancé une commission «conditions de production» pour travailler sur la reprécision de certains critères du cahier des charges afin de coller aux nouvelles attentes sociétales, réglementaires et environnementales. «Nos fondamentaux qui étaient à l’origine de notre appellation comme le lien au terroir, la qualité et la spécificité de nos produits sont déjà des points forts qui s’inscrivent dans les attentes actuelles», a encouragé le président.

Des producteurs et des transformateurs sérieux

L’une des missions de l’ODG est aussi la réalisation de contrôles chez les producteurs et les transformateurs afin de s’assurer du respect du cahier des charges. «Un nombre très faible d’anomalies sont relevées et les défauts sont toujours mineurs et réglés rapidement. C’est la preuve du sérieux des producteurs et des transformateurs dans leur travail», a noté François Maynier. «Un gage de transparence aussi pour notre filière», ajoute-t-il.

L’actualité montre que la défense d’une appellation est permanente. L’ODG a ainsi renouvelé sa demande de reconnaissance de l’AOP Laguiole auprès des autorités françaises et européennes dans le cadre des accords internationaux avec le Canada et le Japon. «Ces accords de partenariat ouvrent des perspectives majeures pour nos produits, il est donc essentiel que l’AOP Laguiole fasse partie de la liste des AOP protégées», a argumenté François Maynier. Le président a évoqué un autre combat : celui de la défense du lait cru, «un pilier du principe d’appellation d’origine, un incontournable», selon lui. Il a rappelé que des études scientifiques ont mis en évidence les bénéfices santé procurés par les fromages au lait cru grâce à leur flore riche et diversifiée. Des éléments qui seront mis en avant lors d’un colloque à Paris début 2020, organisé par le CNAOL et l’INAO. «85% des consommateurs interrogés lors d’une enquête ont exprimé leur attachement au lait cru, gage de fromages authentiques et de caractère», a illustré François Maynier, regrettant la pression de l’administration française sur les filières au lait cru. «Pourtant de nombreux efforts sont déjà en place pour maîtriser la production, faire avancer la recherche et développer nos connaissances». Et Bernard Robert, membre de la commission «lait cru» à l’INAO de compléter : «Bien sûr le risque existe surtout si le savoir-faire n’est pas maîtrisé mais ce colloque à Paris mettra en avant les effets positifs du lait cru dans l’alimentation».

Toute la filière Laguiole AOP est donc plus que jamais mobilisée pour soutenir et promouvoir la fabrication fromagère au lait cru. Et les nombreuses actions de communication développées tout au long de l’année par l’ODG avec l’implication des producteurs et de Jeune Montagne, le prouvent. «Le Laguiole AOP manque encore de notoriété. Un audit va d’ailleurs être réalisé pour améliorer la communication autour du produit».

Enfin l’ODG travaille à la demande d’obtention de l’IGP pour la tome fraîche de l’Aubrac. Le dossier a reçu un accueil favorable de l’INAO et une commission d’enquête va venir à la rencontre de la filière pour affiner le dossier. «La procédure est encore longue mais nous avons bon espoir de voir notre demande aboutir», a conclu François Maynier.

Eva DZ