lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Agriculture de conservation et de régénération des sols : un documentaire pour sensibiliser

24 janvier 2019

Agriculture de conservation et de régénération des sols : un documentaire pour sensibiliser

Jeudi 24 janvier en soirée au cinéma de Rodez, l’association Clé de sol organisait la projection, en avant-première, d’un documentaire sur l’agriculture de conservation et de régénération des sols, «Bienvenue les vers de terre» réalisé par François Stuck. L’occasion de vulgariser cette pratique auprès du grand public.

«Bienvenue les vers de terre» est le fruit d’une rencontre entre François Stuck, producteur réalisateur du Lot et Sarah Singla, agricultrice sur le Lévézou et présidente de l’association Clé de sol. Ce documentaire donne la parole à une dizaine d’agriculteurs d’Aveyron, du Lot, de Côte d’Or et du Berry, qui pratiquent et travaillent au développement de l’agriculture de conservation et de régénération des sols.

«Pas besoin de faire le tour du monde pour réaliser ce documentaire ! En Aveyron nombre d’agriculteurs ont déjà mis en place un certain nombre de pratiques culturales représentatives et emblématiques de l’agriculture de conservation des sols», a introduit François Stuck, qui a conçu et réalisé le documentaire de A à Z. Une démarche à l’initiative de Sarah Singla. «Lorsque j’ai repris la ferme de mon grand-père en 2010, j’ai bénéficié de son travail engagé depuis 1980 dans l’agriculture de conservation. Nous ne sommes donc pas dans l’utopie mais dans un système agricole cohérent, pertinent car il produit du résultat», argumente l’agricultrice.

Régénérer les sols plutôt que les épuiser

L’agriculture de conservation et de régénération des sols repose sur trois principes : la perturbation minimale du sol par les outils métalliques, la couverture végétale permanente des sols et la rotation des cultures. «C’est possible partout, sur tout type de sols, dans toutes les productions, quel que soit le climat», poursuit Sarah Singla. «Une agriculture régénératrice des sols, de l’environnement et même pour les agriculteurs !», ajoute l’agricultrice qui met en avant son expérience personnelle : «en limitant le travail du sol, le recours aux énergies fossiles est largement diminué notamment en gazole. En favorisant la couverture végétale permanente du sol, la biodiversité est préservée et on stocke davantage de carbone : il y a des fleurs partout et un voisin apiculteur dépose six ruches chaque année près de mes champs. Enfin je ne passe pas des heures sur mon tracteur, j’ai plus de temps pour moi, ma famille...».

«Avec l’agriculture de conservation des sols, j’ai remis l’agronomie au centre de mon exploitation», souligne l’un des agriculteurs témoins dans le documentaire. Comme un symbole, il descend de son tracteur pour regarder sa terre et comprendre le fonctionnement de son sol : «nous revenons aux fondamentaux : considérer le sol comme un monde vivant devenu l’allié de l’agriculteur».

François Stuck les rappelle : «dans quelle société veut-on vivre demain ? Quelle terre cultivable veut-on transmettre aux générations futures ?». Et Sarah Singla de répondre : «Avec ces pratiques, nous produisons pour nourrir les populations et nous protégeons contre l’érosion, nous préservons la qualité de l’eau, la biodiversité... nous captons le meilleur de la nature».

A travers la diffusion de ce documentaire (plusieurs dates sont programmées partout en France), l’association Clé de sol et l’association IDEtorial qui s’est chargée de la production, entendent renouer un dialogue entre les agriculteurs et les consommateurs. «Notre ambition est que chaque projection soit suivie d’un débat avec des agriculteurs pour expliquer nos pratiques», avancent Sarah Singla et François Stuck. Les deux associations mettent à disposition leur documentaire auprès des établissements d’enseignement agricole comme support pédagogique ainsi qu’auprès des organisations professionnelles agricoles, là aussi pour sensibiliser à ce type de pratiques culturales. L’avant-première s’est déroulée jeudi 24 janvier au cinéma CGR à Rodez, «un lieu idéal, de diffusion de la culture, pour une projection de qualité».

Eva DZ

Il est possible de participer à la diffusion du documentaire en organisant une projection débat. Pour toutes informations : stuck@idetorial.fr