lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
«Sous les pavés, les prés» avec Rodez-Plage : les JA créent du lien avec la ville !

23 aout 2018

«Sous les pavés, les prés» avec Rodez-Plage : les JA créent du lien avec la ville !

Les Jeunes Agriculteurs de l’Aveyron ont rassemblé du monde lors de leur animation «Sous les pavés, les prés», organisée dans le cadre de Rodez-Plage le week-end dernier.

Les berges de l’Aveyron à Layoule, au bas de piton ruthénois, ont attiré le soleil et une foule familiale, samedi et dimanche dernier, dans le cadre de Rodez-Plage, animation estivale proposée par la ville de Rodez depuis dix ans. Elle est désormais bien installée sur le site de Layoule depuis trois ans, avec «Sous les pavés, les prés». «Le cadre de Layoule est parfait pour notre animation JA ciblée sur le grand public, les citadins, avec une belle complémentarité avec Rodez-Plage et un bon partenariat avec la ville de Rodez» relève Anthony Quintard, président des JA. Il avait mobilisé une cinquantaine de JA à Layoule pour un week-end riche en animations diverses, autour notamment de la mini-ferme, avec le défi du «p‘tit fermier», et nouveauté cette année, le défi du «grand curieux» destiné aux parents, toujours sur le thème des pratiques agricoles et l’origine de l’alimentation produite en Aveyron.

Filières de qualité

«Nous sommes dans un département où 80 % de la production agricole est sous signe officiel de qualité. C’était la volonté de nos prédécesseurs il y a 30 ans, pour se différencier des productions standards et qui se poursuit aujourd’hui» indique le président des JA. Ils avaient invité de nombreuses filières qualité, avec ses fleurons comme le Veau d’Aveyron et du Ségala, le Bœuf Fermier Aubrac, le Bleu des Causses, MontLait, l’Agneau fermier des Pays d’Oc, l’Agneau laiton..., et la participation active de la coopérative Sodiaal, de la Chambre de Métiers et du syndicat départemental de la boucherie artisanale avec Bruno Rascalou et Pierre Azémar. Ces derniers ont par exemple «mis en cuisine» les productions agricoles aveyronnaises que le public a dégusté, en complément des repas proposés par les JA. «Nous avons servi 520 repas le samedi soir, contre 300 en 2017 et 1 100 au total sur le week-end» indique Anthony Quintard, «c’est une réussite pour notre hamburger aveyronnais et notre aligot-saucisse !».

«Du punch»

«Sous les pavés, les prés» est donc une belle occasion de mettre en avant une agriculture aveyronnaise qui pèse significativement sur l’économie départementale : «elle produit un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros chaque jour. L’économie aveyronnaise, c’est un euro sur deux issu de l’agriculture» note encore le président des JA. «Ce sont des messages qu’il faut faire passer aux citadins, en même temps que ceux relatifs à la qualité de nos productions et nos façons d’élever les animaux. Il y a souvent un décalage entre ce que relayent les médias et la réalité. Nous consacrons ici du temps avec les consommateurs afin de réduire ce fossé entre eux et nous, et remettre du lien». Un propos validé par Francis Fournié, maire-adjoint de Rodez : «ce débat autour de l’agriculture, de ce qu’on l’on mange, est d’actualité. Une présence militante comme celle des JA amène du punch à Rodez-Plage !», lance- t-il.

«Moderne, pédagogique»

L’élu présent sur le site le dimanche matin a ainsi apporté son soutien à l’agriculture locale, ajoutant par ailleurs que Rodez-Plage pourrait être organisé l’an prochain sur trois semaines au lieu de deux. Jean-Claude Anglars, vice-président du Conseil départemental, chargé de l’agriculture, a loué l’animation des JA en partenariat avec la ville de Rodez : «c’est une initiative moderne, pédagogique, qui a du sens. Elle séduit un public à la recherche de valeurs, dans un département agricole très actif !» a t-il déclaré lors de la visite des différents stands, le dimanche matin. «Nous présentons ici nos métiers mais aussi, ses innovations concrètes comme les boucles sur les animaux, les capteurs de vêlages, les drones...» complète Anthony Quintard. L’objectif est aussi, pourquoi pas, de susciter des vocations : «l’enjeu est en effet colossal, avec la moitié des agriculteurs qui ont plus de 50 ans. Désormais, 20 % des installés sont des hors cadres familiaux. En 2017, il y a eu en Aveyron 120 installations aidées. Entre janvier et août de cette année, nous avons atteint les 100 installations. La tendance est positive, et devrait dépasser le chiffre de l’an dernier. Il est donc nécessaire de continuer à bien communiquer en faveur de notre agriculture aveyronnaise !» conclut le président des JA.

D.B