lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Fédération des vins de qualité de l’Aveyron et viticulture : des soutiens attendus

21 mai 2020

Fédération des vins de qualité de l’Aveyron et viticulture : des soutiens attendus

Philippe Teulier (notre photo), président de la Fédération des vins de qualité de l’Aveyron, président de l’AOP Marcillac, réagit au récent plan de soutien à la filière viticole de 160 millions d’euros décidé par le gouvernement (1).

- Quels effets pourrait avoir ce plan de soutien pour la filière aveyronnaise en particulier ?

Philippe Teulier : «Ce plan pré- voit plusieurs axes, dont le princi- pal pour nous est l’exonération de cotisations sociales pour les TPE et PME. C’est une mesure importante car nous ne vendons rien depuis mars, et devons faire face à nos charges, dont celles du travail qui est manuel ici. Nos vignobles sont en effet vallonnés et non mécanisables contrairement à d’autres régions viticoles. Il y a aussi une autre mesure pour l’aide à la distillation concernant 2 millions hl de vin mais qui ne nous concerne qu’à la marge. Elle est ciblée sur les stocks de vin blanc ou de rosé, des vins qui évoluent mal dans le temps.

- Vous demandez une aide aux «vendanges en vert», de quoi s’agit-il ?

Ph. T. : Une vendange en vert est une technique permettant de réguler le rendement de la vigne en réduisant la quantité de raisins présents sur chaque cep. C’est une technique utilisée habituellement pour favoriser une meilleure maturation et concentration des raisins restants. Cette fois, l’idée est d’aller au bien delà de nos pratiques, dans un contexte de consommation de vin en chute depuis le confine- ment. Je rappelle que nos chiffres d’affaires ont baissé d’environ 50 % en mars et de 80 % en avril. Les ventes repartent certes depuis le déconfinement, le 11 mai. C’est notable. Pour notre Domaine du Cros, nous avons repris le marché export vers l’Allemagne, et les Etats-Unis, malgré la taxe douanière Trump de 25 %. Il faut aussi préciser que nous faisons un point régulier au niveau de la filière viticole du sud-ouest. Nous sommes aussi au contact de notre député.

- Les vignerons ont-ils déjà bénéficié de mesures de soutien suite au confinement ?

Ph. T. : En effet, nous sommes concernés par les mesures globales, et à court terme dans le cas d’un chiffre d’affaires en baisse d’au moins 25 %, ou du dispositif de chômage partiel pour ceux qui ont des salariés, des commerciaux par exemple. Il y a eu aussi le report des prêts de six mois. Toutes ces mesures sont indispensables pour maintenir notre activité et voir plus loin malgré tout.

- Justement, comment est la vigne, avec le beau temps de cette semaine ?

Ph. T. : Le raisin est en fleur. C’est du jamais vu pour moi à cette époque de l’année sur l’AOP Marcillac ! Cette précocité est bon signe pour les prochaines vendanges. Les gelées sont passées maintenant. Mais tout est tellement imprévisible cette année qu’il faut rester prudent».

D.B.

(1) Lundi 11 mai, les ministres de l’économie et des finances, de l’agriculture et de l’alimentation et le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’action et des comptes publics ont validé un plan de soutien exceptionnel, spécifique à la filière au travers de trois mesures : des exonérations de cotisations sociales pour les TPE et PME les plus en difficulté ; un dispositif de distillation de crise ; une relance de la demande d’un fonds de compensation au niveau européen.