lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Laissac : «Un rassemblement qui a du sens !»

20 septembre 2018

Laissac : «Un rassemblement qui a du sens !»

Autour des OS Aubrac et Lacaune, nombreux sont les partenaires à soutenir les Rencontres des deux races emblématiques de l’Aveyron, pour leur grand rendez-vous des 28, 29 et 30 septembre à Laissac. Filières, Organisations professionnelles agricoles (OPA), élus, lycées d’enseignement agricole,... des départements concernés sont mobilisés pour faire de cette première, une réussite.

Aubrac, Lacaune, deux races locales de massif qui ont décidé de mettre leurs forces en commun pour créer l’événement pendant trois jours, fin septembre à Laissac. Un village au savoir-faire reconnu en matière d’événementiels ! Initiées par les organismes de sélection (OS) des deux races, les Rencontres Aubrac Lacaune sont une première et résonnent sur l’ensemble d’un territoire dont le nom semblait prédestiné : des Causses à l’Aubrac. Une zone qui compte de nombreux élevages ovins en race Lacaune lait et/ou viande et bovins en race Aubrac, parfois dans des systèmes doubles. «Nous avions tout pour accueillir un rassemblement aussi exceptionnel», assure David Minerva, maire de Laissac. Yves Chassany, président de la race Aubrac confirme : «Laissac en tant que 2ème marché aux bestiaux de France nous offre une situation unique, centrale à nos deux races et très pratique grâce à ses infrastructures, ses foirails bovins et ovins».

Les deux races Aubrac et Lacaune ont l’habitude de se côtoyer depuis 10 ans au sein du CORAM, collectif des races locales de massif mais c’est bien la première fois qu’elles portent un projet commun. «Nous partageons un certain nombre de valeurs, de problématiques, en tant que races locales, bien implantées sur des territoires difficiles, soutenues par de nombreuses démarches de qualité. Nous avons donc décidé d’unir nos forces pour faire passer nos messages», avancent Yves Chassany et Michaël Dressayre, président de l’OS Lacaune.

Défense d’un patrimoine vivant

Poids économique des filières de qualité, performance environnementale des élevages basés sur l’herbe, impacts sur les paysages, l’aménagement du territoire, emplois induits (l’agriculture contribue à l’emploi de 703 000 ETP),... ce sont tous ces arguments que les éleveurs Aubrac et Lacaune vont mettre en valeur pendant trois jours à Laissac, avec une journée dédiée aux scolaires (vendredi), une journée spéciale professionnels (samedi) et une journée destinée au grand public le dimanche (programme détaillé en page suivante).

Ils s’appuieront sur les six lycées agricoles de la zone Aveyron, Cantal et Lozère (lire par ailleurs) pour informer les visiteurs et surtout leur faire découvrir et déguster les multiples produits de qualité issues de ces deux races (label rouge Bœuf Fermier Aubrac, Agneau fermier des Pays d’Oc, Agneau Lou Paillol, Agneau laiton, IGP Fleur d’Aubrac, AOP Roquefort et bientôt Pérail). Ces animations encadreront le concours National Aubrac avec 450 des meilleurs reproducteurs de la race annoncés, une trentaine de brebis Lacaune lait et viande en présentation et deux conférences techniques des rameaux lait et viande de la race ovine.

Et pour les accompagner dans cette opération de promotion collective, éleveurs Aubrac et Lacaune ont pu compter sur le soutien de nombreux partenaires dont le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, les élus départementaux et locaux (ville de Laissac - Sévérac l’Eglise, la Communauté de commune Des Causses à l’Aubrac, le Conseil Départemental), l’Office de tourisme,...

Tous ont exprimé leur motivation à soutenir une telle manifestation «positive pour l’ensemble du monde de l’élevage». «Quand on voit le chiffre d’affaires que génèrent les élevages Lacaune et Aubrac sur nos territoires, on ne peut qu’être le partenaire de leur réussite», souligne Jean-Paul Peyrac, président de la Communauté de communes, Des Causses à l’Aubrac. «Ces deux races sont la preuve de la qualité, de la traçabilité, du respect de l’environnement et sont le fleuron de notre gastronomie, tout en faisant la preuve de leur haute technicité, ce n’est pas paradoxal !», appuie-t-il.

«Aubrac et Lacaune présentent l’image d’un modèle d’élevage en totale adéquation avec les attentes des consommateurs», confirme Benoît Quintard, vice-président de la Caisse régionale du Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées. «Je suis fier des valeurs qu’elles portent».

Sur le territoire Des Causses à l’Aubrac, l’activité agricole est aussi un support dans le développement touristique. Christine Presne, conseillère départementale et présidente de l’Office de tourisme, le confirme : «Notre OT soutient chaque année, les Bœufs de Noël. Nous serons donc aussi aux côtés des éleveurs Aubrac et Lacaune, pour rassembler et faire connaître des activités, des produits qui comptent sur notre territoire». Elle annonce la visite du Domaine des Bourines le dimanche après-midi, l’un des plus grands domaines agricoles de l’histoire, du sud de la France et dont la première production fut des ovins, suivie par des Aubrac.

Cette démarche de cohésion territoriale a été saluée également par Jean-Claude Anglars, conseiller départemental en charge de l’agriculture. «Votre manifestation a beaucoup de sens : sans l’agriculture, sans vos structures, l’Aveyron ne serait rien !». Il a félicité la municipalité de Laissac, «une terre d’élevage, d’accueil, de convergence», avec une pensée pour Claude Salles, ancien maire décédé en début d’année. Un hommage lui sera par ailleurs rendu par les éleveurs Aubrac et Lacaune, pendant le week-end.

Enfin, le sénateur, Jean-Claude Luche est convaincu que ces Rencontres permettront de «redonner confiance aux éleveurs, aux jeunes et à tous ceux qui vont participer» : «Vous représentez un symbole très fort dans notre économie locale avec d’importantes retombées économiques. Votre partenariat va permettre de le clamer haut et fort. Fin septembre, il se passera quelque chose à Laissac autour de productions vraies, de pays vrais, des femmes et des hommes vrais, capables de se rassembler ! Les perspectives existent bel et bien pour l’agriculture aveyronnaise !».

Eva DZ