lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Concours départemental Simmental à St-Amans-des-Côts, le 1er mai : les 20 ans !

18 avril 2019

Concours départemental Simmental à St-Amans-des-Côts, le 1er mai : les 20 ans !

Le Syndicat Simmental Aveyron fête les 20 ans de son concours départemental, qui se déroule traditionnellement le 1er mai à Saint Amans des Côts. Une dynamique entretenue par les éleveurs, jeunes et moins jeunes, qui s’investissent chaque année, avec le soutien de la municipalité de Saint Amans des Côts pour faire de cet événement un rendez-vous convivial et de promotion de la race.

Son retentissement va bien au delà des limites aveyronnaises puisque les responsables de l’OS Simmental à l’échelle nationale viennent constater les progrès réalisés édition après édition.

Cette belle dynamique a convaincu de jeunes éleveurs de rejoindre l’aventure. Julien Falgayrat, du GAEC de Rigals à Moyrazès et Maxime Miquel du GAEC Miquel-Cervel à Laguiole, deux petits nouveaux à Simmental Aveyron, témoignent.

«La Simmental est un vrai avantage dans un troupeau lait»

Installé sur la commune de Moyrazès, Julien Falgayrat a rejoint son père, Alain, en septembre 2016. Parmi les 70 vaches laitières, ils élèvent une trentaine de Simmental et participent pour la deuxième année au concours départemental à Saint Amans des Côts.

Passionné d’élevage depuis tout petit, Julien a rejoint son père sur l’exploitation familiale, au sein du GAEC de Rigals. «Peu de temps avant mon installation, nous avons agrandi le troupeau pour passer à 70 vaches laitières dont une trentaine de Simmental», explique Julien. «C’est mon père qui a introduit cette race parmi les Prim’Holstein et les Montbéliardes au moment de son installation. C’est une race qui s’adapte très bien, une vache solide, rustique et qui valorise bien les pâtures», poursuit le jeune éleveur. «Son autre avantage est la bonne valorisation des réformes et des veaux, les Simmental s’engraissent plus facilement. C’est une plus-value intéressante», ajoute Julien qui commercialise ses animaux par le biais d’un négociant et du marché au cadran de Baraqueville.

«Nous avons toujours eu plusieurs races laitières dans le troupeau, cela permet une bonne complémentarité entre quantité et qualité du lait», poursuit l’éleveur. «Nous avons la chance en Simmental de bénéficier d’un catalogue large de taureaux entre le modèle français et le modèle européen. Ainsi nous pouvons cibler des taureaux laitiers plutôt que fromagers, ce qui correspond mieux à notre système d’élevage. Nous avons un large choix, ce qui n’est pas toujours le cas dans les autres races laitières», précise Julien.

Deuxième participation à Saint Amans des Côts

C’est au syndicat Simmental de l’Aveyron que Julien a décidé de s’engager : «Il y a une bonne ambiance et beaucoup de jeunes». Sa première sortie était presque à domicile aux Journées laitières de Baraqueville en 2017. «J’ai réalisé mon stage de BTS chez la famille Miquel à Laguiole où j’ai fais la connaissance de Maxime, un jeune comme moi qui s’installe en race Simmental à la suite de son père. Ca crée des liens !».

Son père, Alain, n’avait pas la fibre concours : «Etant seul sur la ferme, il n’avait pas forcément le temps de préparer des animaux mais nous avons souvent été présents à Saint Amans des Côts en spectateurs du concours», assure Julien. Pour la deuxième année, ils participeront avec une vache et une génisse. «Nous n’avons pas le recul et l’expérience des élevages renommés de l’Aveyron en race Simmental mais nous sommes heureux de participer à la dynamique de la race dans le département et de passer une bonne journée entre éleveurs», témoigne le jeune éleveur.

«C’est important de bien représenter le département, de jouer le jeu aussi parce que le syndicat Simmental Aveyron se donne chaque année, depuis 20 ans, pour faire vivre cet événement qui d’ailleurs, reçoit les responsables de l’OS à l’échelle nationale, ce n’est pas rien !», appuie Julien. «Quand on voit des éleveurs aveyronnais participer et réussir au concours du Salon de l’agriculture à Paris, ça fait plaisir, c’est une belle image pour le département et pour Simmental Aveyron. A nous de la cultiver sur le terrain et de proposer un beau concours à Saint Amans !».

Eva DZ