lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
«Journée emploi» FD CUMA : salariés CUMA et rémunération

16 janvier 2020

«Journée emploi» FD CUMA : salariés CUMA et rémunération

La journée emploi des CUMA s’est déroulée vendredi 10 janvier à Canet-de-Salars, en présence de responsables et salariés de CUMA sur le thème : «quelle politique de rémunération pour les salariés de CUMA ?».

Plus de 80 personnes ont participé à cette matinée en présence de François Marque, expert en management. Il a animé les échanges entre les responsables emploi des CUMA sur un thème qui préoccupe bon nombre d’employeurs de main d’œuvre agricole, souvent confrontés à un manque de candidats dans ce secteur. En parallèle se tenait une réunion rassemblant des salariés de CUMA sur les actions réalisées et à prévoir concernant l’agriculture de précision, avec l’intervention d’Alexandre Meyniel, formateur du centre de Bernussou de la Chambre d’agriculture.

Pénurie de main d’œuvre

Pour Franck Maurin et Arnaud Gély, co-responsables de la commission emploi de la FD CUMA, «la rémunération des salariés CUMA a déjà été évoquée lors de la dernière assemblée générale. Le sujet est en effet d’actualité, de plus en plus important dans notre secteur d’activité confronté à la pénurie de main d’œuvre. Mais le salaire n’est pas tout. La matinée avait aussi pour objectif de professionnaliser le rôle des responsables emploi des CUMA dans leurs relations avec les salariés, sur ce thème du salaire, mais également sur la manière de trouver des réponses aux questions posées par nos salariés. En général, nous trouvons une solution !», affirment-ils. Et d’ajouter : «nous avons des collaborateurs passionnés dans leur travail. Ils ont conscience des obligations du métier, notamment en période de pointe, en été, ou selon les aléas de la météo».

Franck Maurin et Arnaud Gély admettent qu’il est nécessaire de fidéliser le salarié dans la CUMA : «il y a évidemment de la concurrence avec d’autres entreprises, comme les ETA, les concessionnaires machinisme, les travaux publics, ou les groupements d’employeurs. Mais il faut aussi savoir que la revalorisation d’un salaire a des répercussions sur le coût d’un service». La convention collective des salariés CUMA est actuellement en phase de réactualisation, au niveau national, a rappelé Elodie Pécheu, animatrice du réseau FR CUMA Occitanie, invitée à cette journée, aux côtés notamment du président de la FD CUMA, Frédéric Carrière, et de Bernard Gauvain, de l’Association des salariés agricoles de l’Aveyron.

«Un sujet sensible»

François Marque est largement revenu durant la matinée sur les questions fréquemment posées sur la rémunération des salariés par les responsables emploi des CUMA. L’ancien manager d’une entreprise aérospatiale de la région de Bordeaux se consacre à la formation en management depuis 15 ans. Il intervient régulièrement dans le milieu agricole ou coopératif. Il a déjà animé des formations management CUMA mais le thème de la rémunération était une première pour lui aussi. «Le salaire est en effet un sujet sensible», confie-t-il, «en agriculture comme dans les autres secteurs. Quand on est employeur, il faut être le plus à l’aise possible sur cette question, et s’appuyer sur une politique salariale bien établie, prenant en compte la progression professionnelle du salarié, et l’équilibre financier de la structure. Le dialogue est fondamental, comme l’équité entre salariés. L’aspect financier reste la question principale naturellement, quel que soit le côté où l’on se place. Mais il y a aussi d’autres leviers, comme la reconnaissance du salarié, le respect, l’autonomie dans le travail, et la valorisation devant les autres».

Les groupes employeurs et salariés se sont ensuite réunis autour d’un repas convivial offert par la FD CUMA, permettant de prolonger les échanges.

D.B.