lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Retraites agricoles : plus de 2 200 signatures remises à la préfecture

14 mars 2019

Retraites agricoles : plus de 2 200 signatures remises à la préfecture

Les agriculteurs retraités et actifs profitent du Grand Débat National pour alerter sur la gravité de la situation des retraites agricoles. Une délégation de la FDSEA a remis à la secrétaire générale de la Préfecture, jeudi 14 mars en matinée, les 2 200 signatures qu’ils ont recueillies en Aveyron auprès de retraités et d’actifs agricoles.

En à peine 10 jours, plus de 2 200 personnes ont apposé leur signature sur la pétition lancée par la section des anciens exploitants de la FDSEA. «Nous sommes très satisfaits de cette mobilisation. Retraités comme actifs agricoles ont apporté leur soutien à nos propositions», résume ravi, Pierre Rouquette, co-président de la section des anciens exploitants FDSEA avec Marie-Pierre Lanne.

Retraités et actifs mobilisés

«Tout est parti des propositions qu’a formulées Emmanuel Macron en début d’année pour les retraites. Dans son discours, il n’a pas du tout évoqué les retraites agricoles ! Nous avons été une fois de plus oubliés alors que nous faisons partie des personnes avec les plus faibles revenus mais qui ne font pas de bruit !», argumente Pierre Rouquette. «Nous avons réagi rapidement en lançant cette pétition pour nous faire entendre ! Et les 2 200 signatures recueillies en moins de 10 jours prouvent que le réseau FDSEA sait se mobiliser».

Retraités comme actifs ont en effet répondu à l’appel. «La réforme des retraites nous concernent tous puisqu’un jour ou l’autre nous prendrons aussi la retraite. Et puis nous défendons aussi la retraite de nos parents», souligne Valérie Imbert, secrétaire générale de la FDSEA, présente également lors de la remise des pétitions à la préfecture. «Quand on cotise toute sa vie, qu’on travaille dur, on espère à la retraite pouvoir vivre dignement. Parce que cette non valorisation de nos revenus à la retraite est aussi un frein à l’attractivité de notre métier pour les jeunes», continue Valérie Imbert. «Elle est aussi un frein au moment des transmissions des exploitations, les cédants préférant s’orienter vers des locations pour conforter leur niveau de revenu à la retraite. Cela pourrait paralyser le système agricole», alerte-t-elle.

C’est fort de ces arguments et de leurs 2 200 signatures qu’une délégation d’agriculteurs retraités et actifs ont rencontré Michèle Lugrand, secrétaire générale de la Préfecture, jeudi 14 mars. Lors de cet échange, les membres de la délégation ont pu rappeler les propositions de la profession, déjà relayées auprès de Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites et auprès d’Emmanuel Macron via un courrier commun de la section nationale des anciens exploitants et de la FNSEA (lire aussi en encadré). «Notre objectif est que nos propositions appuyées par nos 2200 signatures viennent alimenter le Grand Débat National qui s’achève le 15 mars», explique Pierre Rouquette.

Le co-président des anciens exploitants conclut : «la secrétaire générale de la préfecture a été à notre écoute. Nos pétitions aveyronnaises seront bien prises en compte lors du Grand Débat National et transmises à Jean-Paul Delevoye». Le président de la FDSEA Laurent St-Affre faisait également partie de la délégation aveyronnaise.