lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Charte locale Transmission Installation Millau : les actions peuvent démarrer !

13 décembre 2018

Charte locale Transmission Installation Millau : les actions peuvent démarrer !

Autour des JA du canton élargi de Millau, élus locaux, départementaux, organisations professionnelles agricoles, acteurs économiques, responsables professionnels... l’ensemble des acteurs de ce territoire ont signé la charte locale Transmission Installation vendredi 7 décembre. Leur engagement marque le démarrage d’un plan d’actions pour favoriser le renouvellement des générations.

La signature de la charte locale Transmission Installation est l’aboutissement d’un travail de plus de 2 ans, un travail collectif réunissant l’ensemble des acteurs du canton élargi de Millau, soucieux d’assurer le renouvellement des générations sur leur territoire. «Cette signature est une étape, place maintenant au plan d’actions que nous avons élaboré ensemble», a introduit Clément Lacombe, vice-président de JA12, installé sur le canton de Millau.

Clé de voûte d’un renouveau

Ensemble, les acteurs locaux ont en effet dressé un diagnostic de la situation du territoire pour pouvoir construire un plan d’actions prioritaires à mettre en œuvre pour favoriser la transmission des exploitations et l’installation de porteurs de projets. «Comme dans d’autres secteurs du département, une charte locale est portée et bâtie par le territoire», a complété Anthony Quintard, président de JA 12. «La charte peut être la clé de voûte d’un renouveau sur un territoire», a-t-il ajouté.

Sur le secteur de Millau par exemple, le diagnostic a révélé que si rien n’est fait dans 5 à 15 ans en matière de renouvellement des générations, près d’un tiers des exploitations pourraient disparaître. Autre chiffre alarmant : parmi les exploitations comptant au moins un associé de plus de 50 ans (soit 115 sur les 357 de la zone), 59% ont une reprise connue (68 fermes) et 41% sont sans successeur (47 fermes). Ces chiffres ne sont pas sans conséquence sur l’économie locale : entre 14 et 24% de la SAU du territoire pourraient «partir» à l’agrandissemnt ou être abandonnés à la friche.

Un territoire dynamique, attractif et créateur de valeurs

Le territoire concerné par cette charte couvre l’intégralité de la Communauté de communes Millau Grands Causses, le nord de la Communauté de communes de la Muse et Raspes du Tarn et les communes de Nant et de Saint Jean du Bruel. Il se caractérise par un milieu naturel favorable (micro-climat doux, possibilité d’irriguer grâce au Tarn même si la sécheresse devient récurrente), des aménagements fonciers réalisés, des productions adaptées (production ovine pour l’agropastoralisme sur les Causses, arboriculture et viticulture dans la vallée du Tarn, nombreux signes officiels de qualité...), une dynamique agricole et agroalimentaire positive (29% des agriculteurs ont moins de 40 ans, beaucoup de travail en commun, présence d’outils économiques, une ferme sur deux sous forme sociétaire...), un territoire attractif et bien desservi (proximité de l’autoroute et de la ville de Millau, bon taux d’équipements...) et une bonne relation entre les agriculteurs et la population rurale.

Des atouts nombreux mais qui cachent néanmoins quelques faiblesses : un parcellaire morcelé, un foncier agricole peu accessible et très cher, des structures de taille importante difficiles à reprendre, une sous-représentation des agriculteurs chez les élus locaux... Et quelques menaces : embroussaillement, pression foncière, fragilité des exploitations spécialisées, installation du loup, développement de la pluri-activité... et une image négative du métier.

Dans ce contexte un peu tendu, les acteurs locaux ont mis en avant les multiples opportunités de leur territoire : développement de nouvelles cultures (mirabelles, maraîchage...), de la vente directe grâce à la proximité de Millau et des axes routiers, d’une dynamique collective (coopératives, OP), d’un taux de reprise important, des établissements agricoles qui «font le plein», un potentiel touristique certain (Viaduc de Millau, Roquefort, ville de Millau, gorges du Tarn...). Il faut savoir aussi que depuis les années 70, la population augmente régulièrement avec notamment l’arrivée de nouveaux habitants (entre 2008 et 2013, le solde migratoire est positif +570 personnes).

Un plan d’actions ambitieux

«Ce diagnostic nous a confortés dans la nécessité de créer un plan d’actions pour assurer l’avenir de notre territoire», a expliqué Clément Lacombe. Cinq priorités ont été définies : sensibiliser les futurs cédants assez tôt dans leur carrière, conserver et développer une attractivité des territoires, favoriser l’installation de jeunes en encourageant l’intégration de hors-cadre familiaux, mettre en œuvre une politique de gestion du foncier au profit de l’installation des jeunes et promouvoir le métier d’agriculteur.

A partir de ces priorités, plusieurs actions seront mises en place au fil du temps. La première d’entre elles n’a pas tardé puisqu’un forum Agri-projet a été organisé l’après-midi même de la signature de la charte. Futurs cédants et porteurs de projets ont pu rencontrer les experts du territoire intervenant sur l’installation et la transmission (Chambre d’agriculture, juriste, MSA, notaire...) gratuitement sur un même lieu. Des rendez-vous personnalisés pour permettre de se préparer au mieux à une transmission ou à une installation.

Parmi les actions qui verront le jour prochainement, la promotion du territoire auprès du grand public en lien avec les maires, les offices de tourisme, le PNR des Grands Causses... Des visites d’exploitations pourront être organisées de façon à faire connaître le métier et rétablir la vérité sur les pratiques agricoles. Cela passe aussi par la formation des agriculteurs à la communication. Bien sûr les élus locaux auront aussi leur part d’engagement sur l’amélioration des axes routiers, l’élimination des zones blanches, le développement du haut débit, la formation des publics plus âgés à l’informatique et à internet...

Quant à la politique de gestion du foncier, plusieurs actions peuvent être mises en œuvre pour faciliter son accès : libération de foncier pour aider au démarrage d’une activité (réserve foncière, soutien des collectivités par exemple), explication des décisions de la SAFER, maintien des réunions du Comité Local d’Aménagement Foncier...

La mise en place de cette charte et des actions qu’elle porte s’inscrit dans le long terme. Le comité de pilotage a prévu de se réunir une fois par an et en cas de besoin, de faire évoluer son contenu.

Eva DZ