lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Lait de brebis : les Artisous, la force d’un collectif

11 avril 2019

Lait de brebis : les Artisous, la force d’un collectif

Un groupe de producteurs de lait de brebis a repris la fromagerie Les Artisous, lancée par Jeannine Massebiau à La Cavalerie, une diversification qui leur permet de valoriser l’ensemble de leurs volumes toute l’année. Ils participent pour la première fois au concours des fromages à Espalion avant tout pour se faire connaître.

La démarche est encore toute jeune mais elle est promise à un bel avenir. En 2017, le GIE Les Fleurines de Roquefort a été reconnu en OP se mettant ainsi en conformité avec la nouvelle loi d’organisation de la production. Ce GIE se compose de 2 collèges : 124 exploitations fournissant leur lait à Papillon et 15 exploitations à l’entreprise Carles. «Livrant notre lait à de «petits» fabricants, nous n’avions pas la possibilité d’augmenter nos volumes, nous avons donc réfléchi à une valorisation satisfaisante et maîtrisée pour les volumes supplémentaires en évitant ainsi le marché du vrac», explique Olivier Garrigues, président du GIE. Une démarche collective est née, «une politique de micro-filière» autour du rachat de la fromagerie Les Artisous tenue depuis 1981 par Jeannine Massebiau à La Cavalerie.

Les producteurs du GIE intéressés par le projet ont constitué, il y a tout juste un an, une SAS Les Artisous, présidée par Laurent Angles, lui aussi administrateur du GIE pour gérer la fromagerie. «Depuis 60 ans, Mme Massebiau avait développé une activité de transformation fromagère, d’abord sur la ferme puis dans une laiterie artisanale installée à La Cavalerie. Elle était en recherche d’un repreneur. Nous avons saisi cette opportunité», résume Laurent Angles. Après une phase de travaux pour mise en conformité des installations, avec l’appui technique et les conseils d’Emmanuelle Marbezy de la Chambre d’agriculture, les premiers fromages ont été produits en juillet 2018.

Se tester à Espalion

Ils sont aujourd’hui 56 exploitations engagées dans le développement de l’entreprise, et partageant la même philosophie : une valorisation du lait régulière sur l’année dans le cadre de leur contrat avec leur fabricant. Une partie de leur lait est valorisé par leur fabricant donc et le reste par la fromagerie Les Artisous, sous le label AB. «Papillon n’ayant pas de produits de diversification, hors Roquefort, en AB, nous ne sommes pas en concurrence sur ces volumes supplémentaires», assurent les producteurs.

Dans la continuité de l’histoire des Artisous, les producteurs ont repris les recettes de Mme Massebiau et bénéficié des conseils d’Emmanuelle Marbezy et de la patte de leurs fromagers : la galette du Larzac, le Secret de Ginette et le Pérail de Millau, une recette de plus de 50 ans ! Les nouveaux Artisous ont créé leur yaourt au lait de brebis. Ils proposent leurs produits sur les marchés de Lodève et Gignac, dans leur magasin à La Cavalerie près de la laiterie et dans un nouveau magasin qu’ils ont ouvert l’été dernier à Rodez (derrière la cathédrale). Ils sont aussi distribués dans quelques enseignes à La Primaube et Saint Affrique.

De belles vitrines pour se faire connaître des consommateurs : «Nous sommes encore jeunes dans le métier, nous avons besoin de retours sur nos produits pour ajuster les recettes. C’est dans cette optique que nous présentons trois fromages et notre yaourt au concours départemental d’Espalion», explique Olivier Garrigues. «C’est une bonne façon de se tester, d’avoir le retour des membres du jury. Rien que du bonus pour nous !». Les Artisous seront également présents à la fête des fromages le dimanche : une vitrine supplémentaire pour se faire connaître mais aussi un lieu d’échanges avec d’autres fromagers.

«Nous sommes un groupe solide, stable, tant du côté des 11 administrateurs très impliqués que des 6 salariés à temps plein. Cette participation à Espalion sera un point d’étape et nous l’espérons, d’encouragement pour poursuivre notre démarche», concluent Olivier Garrigues et Laurent Angles. «C’est en se serrant les coudes, en menant des projets collectifs de maîtrise et de valorisation de notre production, que nous garderons les exploitations de lait de brebis sur notre territoire».

Eva DZ