lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
«France, veux-tu encore de tes paysans ?» : opération dégustation à Rodez

10 octobre 2019

«France, veux-tu encore de tes paysans ?» : opération dégustation à Rodez

«France, veux-tu encore de tes paysans ?», c’est derrière ce slogan interrogateur que FDSEA et JA Aveyron ont rejoint l’action nationale lancée mardi 8 octobre par le réseau FNSEA et JA, avec une dégustation organisée dans le centre-ville de Rodez.

Cette action «bon enfant» s’est déroulée au Carrefour St-Etienne à Rodez autour d’une dégustation de produits locaux issus des productions agricoles de l’Aveyron. Objectif, communiquer dans la convivialité sur des dossiers qui préoccupent les paysans français, comme les accords internationaux, CETA/Mercosur, mais aussi l’agri-bashing, les contrôles... «Le sentiment de ras-le-bol chez les agriculteurs est général», selon la FDSEA et les JA. Ils mettent en avant «le manque de considération de la profession qui devient insupportable» et regrettent que «l’Etat n’apporte aucune réponse aux problèmes». Et de rappeler que «dans un tel contexte, les JA et la FNSEA ont mis en place une stratégie syndicale nationale jusqu’au mois de novembre».

Pour cette première action, la FDSEA et les JA de l’Aveyron ont choisi une approche de mobilisation différente que celle lancée au niveau national. «Nous nous réunissons ici à quelques pas de la préfecture pour proposer aux passants de déguster des produits locaux. En valorisant nos productions, nous rappelons ainsi la valeur de notre travail et demandons à la France si elle souhaite encore conserver ses paysans, au sens noble du terme !», lâche Valérie Imbert, secrétaire générale de la FDSEA. Cette action nationale est aussi une alerte lancée auprès des pouvoirs publics : «nous sommes malmenés, entre l’agribashing, les Egalim, le CETA, les ZNT, la concurrence déloyale, les agressions verbales et physiques contre les agriculteurs... Nous n’en pouvons plus !».

Pour Valérie Imbert, la démarche aveyronnaise ciblait en effet les consommateurs pour le moment : «nous avons préféré faire cette dégustation pour expliquer pourquoi nous revendiquons cette action-là, en demandant au consommateur d’être acteur dans sa démarche d’achat en faveur de nos produits français. Nous sommes tous responsables lorsque nous allons acheter et consommer à l’extérieur, en nous renseignant sur l’origine des produits. C’est notre devoir, que nous soyons dans un restaurant, un hôpital, chez un franchisé national... Plus nous mettrons la pression sur eux, et plus l’étiquetage s’imposera. La qualité de notre agriculture est reconnue. Nous devons être entendus par le gouvernement pour la survie de nos territoires ruraux !».

Le message est plutôt bien passé auprès des Aveyronnais lors de cette action conviviale. Prochain rendez-vous, mardi 22 octobre avec le convoi de tracteurs qui convergera vers la préfecture de Rodez, toujours dans le cadre d’une action nationale qui doit se terminer à Strasbourg vendredi 15 novembre devant les ministres de l’agriculture de l’UE.

D.B.