lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Assemblée générale APROVIA : performance et dynamisme

09 mai 2019

Assemblée générale APROVIA : performance et dynamisme

Lors de son assemblée générale mi avril, à Druelle, l’organisation de producteurs ovins APROVIA a fait le point sur son activité : la performance toujours et la stabilité.

Les artisans producteurs d’ovins d’APROVIA se sont retrouvés en assemblée générale, pour la première fois à Druelle, vendredi 19 avril, sous la présidence de Philippe Tabardel. L’occasion de dresser le bilan d’activités de l’organisation de producteurs. «Nous sommes dans la stabilité, notamment en termes de volumes (autour de 1%)», explique Jean-Luc Bruel, directeur. L’OP a collecté et commercialisé via son partenaire Greffeuille Aveyron, près de 90 000 ovins en 2018. Elle peut aussi compter sur 9 adhérents supplémentaires dont quelques-uns en Agriculture Biologique.

Un segment quasi historique de l’OP qui commercialise des agneaux bio depuis près de 20 ans ! «Sur ce segment du bio, nous sommes en constante progression, dans le nombre de producteurs donc mais aussi dans les volumes», confirme Jean-Luc Bruel. Les animaux sous le label bio représentent en effet plus de 10% de l’activité. «La valorisation se poursuit bien», ajoute Philippe Tabardel, président. APROVIA a ainsi dépassé le cap des 10 000 animaux commercialisés en AB.

Ambiance dans les bergeries

La production phare de l’OP est aussi l’agneau sous la mère - agneau laiton. «Nous avons développé un compte-rendu d’abattage plus pédagogique en lien avec l’entreprise Greffeuille. A partir du poids, de l’âge, du sexe, nous pouvons mieux apprécier la qualité des animaux», explique Philippe Tabardel. Pour réguler l’offre d’agneaux sur l’année, APROVIA confirme sa prime de contre-saison qui permet de stabiliser la production. Et un prix à l’année également en progression, (+2,55 euros par rapport à l’année précédente), de quoi encourager les éleveurs dans un contexte national plutôt à la baisse. «Mais nous constatons une certaine érosion de la production liée notamment à la démographie des producteurs. Nous avons ainsi élargi notre zone de collecte, sur l’ensemble du département de l’Aveyron et sur le Lot, pour répondre aux besoins du marché», avance Philippe Tabardel. «Notre souci est de consolider l’existant».

Le nouvel appui technique collectif mis en place par APROVIA auprès de ses producteurs porte ses fruits. Après avoir travaillé sur les soins apportés aux animaux (médecines alternatives...), l’OP a organisé trois journées d’information sur l’ambiance et la ventilation des bâtiments en partenariat avec FODSA - GDS Aveyron. Des journées très appréciées des éleveurs et qui permettent de renforcer l’accompagnement au plus près de leurs attentes.

En agneaux laitiers, la stabilité est également de mise. Les producteurs ont avancé d’environ un mois l’arrivée des agnelets, étalant ainsi la production du 15 octobre au mois de juin. Néanmoins, cette tendance a pour conséquence d’avancer également un pic de production en tout début d’année, une période peu propice à la consommation d’agneau... «C’est un schéma compliqué que l’on ne peut que constater...», regrette Jean-Luc Bruel. Néanmoins, les éleveurs d’APROVIA restent engagés dans l’opération Agneau du patrimoine, une démarche qui rebooste la consommation de viande d’agneau en janvier - février et permet ainsi d’écouler les volumes importants à cette période.

Quel agneau optimal ?

Les équipes techniques d’APROVIA ont travaillé sur des données internes afin de définir l’agneau laiton à produire. L’agneau optimal serait âgé de 105 jours. «Nous avons expliqué de façon très simple les pratiques d’élevage qui permettent de produire cet agneau, d’un point de vue santé, alimentation des mères et ambiance bergerie», a détaillé Bruno Esteveny, technicien de l’OP.

Gilles Bernat, président d’OVIQUAL et responsable INTERBEV ovins était l’invité de l’assemblée générale d’APROVIA. Il a présenté le travail interprofessionnel autour du PACTE (pour un engagement sociétal), encourageant les éleveurs à ne pas baisser les bras, à entendre les messages des consommateurs et à maintenir le niveau de vigilance et de traçabilité de leurs produits. L’OP travaille ainsi sur une grille de valeur des pratiques des éleveurs, notamment en matière de bien-être animal.

Les responsables de l’entreprise Greffeuille, bien au fait des attentes du marché, ont eux aussi encouragé les producteurs : «Notre salut est de rester professionnels et compétitifs. Notre produit est reconnu et apprécié, nous devons donc persévérer !».

La valorisation du savoir-faire des éleveurs est la clé pour les responsables d’APROVIA afin de consolider l’activité. Pour les aider dans leur quotidien, l’équipe de techniciens accentue son appui technique, sujet d’un audit pour plus d’efficacité encore. De même des travaux sont prévus à l’abattoir de Capdenac pour plus d’efficacité de l’outil et enfin, un projet de construction d’un nouveau centre d’allotement est aussi en réflexion de façon à répondre à toutes les exigences.

Autant de chantiers à venir pour encourager les producteurs d’APROVIA dans la voie qu’ils ont choisi.

Eva DZ