lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Assemblée générale de la coopérative Ovi-Test : un nouveau seuil est franchi !

07 mars 2019

Assemblée générale de la coopérative Ovi-Test : un nouveau seuil est franchi !

La coopérative Ovi-Test s’est réunie en assemblée générale mardi 5 mars à Lestrade-et-Thouels en présence de nombreux éleveurs. La structure franchit un nouveau palier, avec un schéma de sélection ovins lait qui passe le cap des 500 litres de lait/an/brebis ! Et une filiale espagnole dont l’activité IA dépasse largement les objectifs prévus pour une première année de fonctionnement.

C’est désormais un tandem de deux éleveurs qui dirige cette coopérative de 140 salariés, dont 85 équivalents temps plein. Frédérik Lacombe, président, et Antoine Stouff, vice-président, ont pris le relais de Jean-Jacques Fabrègues, président décédé brutalement en 2017, avec une nouvelle gouvernance toujours motivée par la performance. Le bilan d’activité 2017-2018 porté par l’équipe dirigeante reste dans la lignée des fondamentaux d’Ovi-Test, avec comme maître-mot : «le progrès ensemble et pour tous !» ont rappelé Frédérik Lacombe et Antoine Stouff.

La coopérative compte 2 007 adhérents, la plupart sont des éleveurs installés en Aveyron, mais aussi dans les départements limitrophes du rayon de Roquefort notamment, en plus du Cantal, de la Haute-Garonne et de l’Ariège. Parmi les points marquants de l’exercice écoulé, il faut noter la légère baisse du nombre d’inséminations artificielles due à l’augmentation des éleveurs engagés dans le bio, au nombre de 150 aujourd’hui. Le secteur des reproducteurs se maintient. Et l’activité échographie enregistre une hausse significative. «Cette demande est plus diversifiée car les éleveurs veulent désormais connaitre le stade de gestation, si la portée est simple ou multiple, ou le dénombrement» détaille Antoine Stouff.

Le cap des 500 litres/brebis/an

Toujours dans le schéma lait, Ovi-Test est entrée dans une nouvelle ère suite «au franchissement d’un plafond de verre», celui d’une production de 500 litres de lait/an/brebis mesurée chez deux de ses éleveurs sélectionneurs installés dans des régions différentes avec des systèmes de production eux-aussi différents, à base de foin et d’ensilage. «Cela, sans détériorer ni les taux, ni le comptage cellulaire allié à une vitesse de traite rapide». La dernière moyenne plaçait le curseur à 337 litres/an/brebis. «Nous mesurons ainsi les effets de la génomie mise en place en 2015» continuent Frédérik Lacombe et Antoine Stouff. «A cela s’ajoutent des conduites de troupeau plus performantes accompagnées par des stocks de foin de qualité en 2017 pour la campagne 2018. Il faut aussi préciser que 190 éleveurs progressent également dans le même sens !».

Pour les deux responsables d’Ovi-Test, «les IA diffusées ainsi de façon homogène tirent vers le haut les sélectionneurs mais aussi tous les utilisateurs. La brebis Lacaune Ovi-Test peut produire du lait dans la performance et l’économie, même sur des territoires qualifiés de difficiles. Notre Lacaune est dotée d’une souplesse de production adaptable à tous les systèmes !».

Génétique et territoires

Frédérik Lacombe et Antoine Stouff continuent : «non, la performance n’est pas un gros mot ! Elle reste liée à des exploitations familiales ancrées sur nos territoires. Chaque éleveur, sélectionneur ou utilisateur trouve dans la Lacaune Ovi-Test, la génétique qui lui convient». En schéma viande, la coopérative vise l’optimisation des résultats de fertilité et de prolificité vers la valeur laitière naturellement, et veut «accroître l’effort de sélection vers la qualité bouchère attendue par les éleveurs». Pour la deuxième année, Ovi-Test évalue deux bandes de la station de contrôle individuel pour la résistance au parasitisme. «Cet équilibre doit perdurer tout en gérant au mieux le gène majeur de prolificité».

Ovi-Test Iberica en grande forme

Autre point fort de l’année écoulée, le premier bilan de l’activité Ovi-Test Iberica, centre d’insémination artificiel basé en Espagne, au sud de Madrid, à 800 mètres d’altitude. Cette filiale de la coopérative a été créée en 2017 avec des partenaires espagnols. Son activité IA a débuté en mai 2017 et vient en effet de boucler sa première année d’activité pleine. «Nous étions partis sur un prévisionnel de 25 000 IA/an, nous en avons réalisé 40 000. Sur cette année en cours, nous allons vers les 60 000 doses» annonce Antoine Stouff. Ovi-Test Iberica concerne à ce jour une quarantaine d’élevages du réseau espagnol de la coopérative. «Jean-Jacques Fabrègues en fut l’un des promoteurs» complètent les deux responsables d’Ovi-Test. «Il avait senti très tôt l’enjeu que représentait une telle implantation».

Et de préciser encore : «notre objectif est d’aller chercher de la valeur ajoutée à l’export pour ensuite la ramener ici. Notre ADN, c’est le progrès génétique au service de notre zone de production. Nos meilleurs reproducteurs restent toujours chez nous. Si nous n’avions pas créé ce centre IA, les Espagnols l’auraient fait sans nous. Il était nécessaire de nous impliquer avec eux plutôt que de les laisser seuls !». Cette réalisation espagnole est donc gagnante et doit être confirmée dans l’avenir : «le challenge est de stabiliser cette activité et de fiabiliser les résultats de reproduction. Mais cette premier année de démarrage montre que la demande était forte de la part des éleveurs espagnols et de nos clients historiques !».

D.B.