lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Hausse du prix payé aux éleveurs bovins viande : «Encore des opérateurs à la traîne !»

06 aout 2020

Hausse du prix payé aux éleveurs bovins viande : «Encore des opérateurs à la traîne !»

Depuis sept semaines, la FNB note une hausse du prix de la viande bovine payé au producteur, sur les voies femelles. Bien que l’objectif d’un prix couvrant le coût de production des éleveurs ne soit pas encore atteint, une prise de conscience générale a visiblement eu lieu et la dynamique enclenchée est positive. Malheureusement, en dépit de ce mouvement global, certains opérateurs semblent ne pas avoir encore saisi l’urgence de l’enjeu de cette valorisation du prix payé au producteur.

En plein cœur de la crise du Covid19, la FNB avait dénoncé avec force une situation aussi incohérente qu’injustifiable : alors que les niveaux de consommation de viandes bovines françaises vendues en GMS progressaient fortement, le prix payé au producteur diminuait ! Quelques semaines après la fin du confinement, les ventes de viande bovine française se maintiennent toujours à de hauts niveaux et un sursaut collectif de la filière a eu lieu : l’urgence de la situation économique des éleveurs - et l’action syndicale déterminée de la FNB - ont incité les opérateurs à revoir leurs pratiques pour faire un premier pas vers une répartition de la valeur plus juste.

Néanmoins, tous les opérateurs de la filière viande bovine n’ont pas encore suivi cette dynamique. Certains acteurs privés et coopératifs ne semblent tou- jours pas avoir compris l’intérêt de proposer aux éleveurs des prix se rapprochant de leur coût de production. Bruno Dufayet, président de la FNB lance donc un nouvel appel à ces acteurs «à la traîne» : «Il n’existe aucune excuse, pour ces opérateurs, permettant de justifier leur immobilisme. En plus d’être injustifiable, l’attitude actuelle de certaines entreprises ou coopératives de notre secteur est dangereuse. Nous le savons, les «vieux démons» qui ont enfermé la filière viande bovine dans une situation intenable pour les éleveurs sont toujours là, prêts à ressurgir. Alors qu’un premier signal positif, attendu depuis des années, vient d’être envoyé aux éleveurs, nous refusons de courir le risque d’un retour en arrière par la seule faute de ces quelques opérateurs qui manqueraient d’ambition ou de vision à long terme !».

Communiqué FNB