lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Sodiaal Sud-Ouest Section Aveyron, Lozère, Aude, Tarn : «Valoriser le prix et positiver !»

06 juin 2019

Sodiaal Sud-Ouest Section Aveyron, Lozère, Aude, Tarn : «Valoriser le prix et positiver !»

L’assemblée générale de Sodiaal Union Sud-Ouest Section Lozère, Aveyron, Aude, Tarn, s’est tenue lundi 3 juin, à Baraqueville, sous la présidence de Damien Lacombe.

Cette réunion annuelle s’est déroulée en présence de l’Aveyronnais Benoît Gransagne, président de la Section Aveyron, Lozère, Aude, Tarn, Florence Quioc, directrice amont Sodiaal Union, Thierry Lanuque, président Sodiaal Sud-Ouest, Bruno Lechartre, directeur Sodiaal bassin sud, aux côtés de Damien Lacombe. Thierry Roquefeuille, producteur Sodiaal dans le Lot, par ailleurs président du CNIEL et de la FNPL, était également présent. Lors d’un point presse réuni en préambule, Damien Lacombe a rappelé l’action #value ayant pour objectif «d’aller chercher de la valeur ajoutée pour sécuriser le prix du lait». Il a évoqué les points marquants de l’exercice écoulé, avec notamment le rachat du site chinois Synutra basé à Carhaix, spécialisé dans les laits infantiles en poudre. «Nous avons racheté la partie collecte, séchage, mélange de la poudre infantile, et Synutra a conservé la partie conditionnement», précise Damien Lacombe. «C’est un investissement judicieux pour la coopérative en lien avec l’action «#value» car nos deux autres sites (Montauban et Guingamp) étaient à saturation. Avec Carhaix, nous pourrons valoriser environ 100 000 tonnes au total, dont 35 000 tonnes avec Synutra qui reste notre client. Ce volume est destiné à un marché très actif sur la Chine et le Moyen-Orient». Benoît Gransagne complète : «c’est un investissement qui était prévu sur quatre ans et qui s’inscrit parfaitement dans notre plan de développement».

EGAlim et GMS

S’agissant du prix du lait, Damien Lacombe est revenu sur les fortes attentes des producteurs suite à la loi EGAlim : «Sodiaal s’est fortement investi pour aller vers une meilleure valorisation du prix. Sur les 5 milliards de litres de lait de la coopérative, 40 % vont sur le marché GMS France ; 40 % sur le marché BtoB (restauration hors foyer France-Union européenne) ; et 20 % sur le marché mondial (beurre-poudre). Les EGAlim nous permettent de travailler sur le marché intérieur, avec un système inversé, prenant d’abord en compte les coûts de production. Nous travaillons ainsi sur une valorisation du prix sur 3 ans. Nous avons fait passer une hausse sur nos marques. Aujourd’hui, nous finalisons le travail sur les marques distributeurs, lesquelles représentent environ 60 % des 40 % du marché GMS France».

Prix du lait

En 2018, Sodiaal a payé le lait (prix A plus prix B), 346 €/1 000 litres avec ristournes. Rappelons que le volume A est payé selon les grilles établies avec des indicateurs interprofessionnels, et le volume B, selon les cotations beurre-poudre (marché mondial). Pour 2019, difficile encore de se projeter, mais Damien Lacombe place le curseur «à 10 ou 12 €/1 000 litres de plus». En lait bio, le prix de base 2018 avec ristournes, était de 465 €/1 000 litres. «Il devrait se stabiliser cette année. Nous gérons les conversions selon la demande du marché, afin de ne pas dégrader cette valorisation», insiste le président de Sodiaal. Sur les 11 000 points de collecte Sodiaal en France, 660 étaient en production bio, «mais nous devrions atteindre les 800 producteurs bio fin 2019», estime Damien Lacombe.

Sud-Ouest et Aveyron

Sur la région Sud-Ouest Sodiaal, le développement du lait bio est qualifié de «spectaculaire» depuis plusieurs années, «sachant évidemment que nous partons de très bas» tempère cependant Benoît Gransagne. Il ajoute : «sur les 45 millions de litres de lait bio produits sur le secteur Sodiaal Sud Ouest, 25 millions proviennent de l’Aveyron. Par ailleurs, cette région Sodiaal a installé sur les trois dernières années, 100 nouveaux producteurs JA (conventionnels et bio), dont la moitié sur le département de l’Aveyron». Damien Lacombe poursuit : «l’enjeu majeur est aussi le renouvellement des générations. L’accompagnement des installations est évoqué lors du congrès national des JA de cette semaine».

Filière attractive

Le président de Sodiaal Union continue : «il faut que l’ensemble de la filière parle également de ce qui va bien dans notre production. Les crises de 2015 et 2016 ont été difficiles, mais il faut positiver maintenant. Les consommateurs s’intéressent à nos produits. Nous voulons une filière attractive, et continuer de développer le bio. Notre ADN de la coopération est d’entraîner tout le monde, avec des arguments positifs, des productions de lait liées au sol qui maintiennent les paysages, avec une coopérative impliquée dans tous les territoires français. Et une pratique vertueuse du métier. Ce sujet sera le thème de notre assemblée générale à Paris du 19 juin, en lien avec la responsabilité sociale environnementale. Nous avons des atouts. Et voulons donc mobiliser tous les producteurs !».

D.B.