lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Missions d’enquête : apiculture et tornade

06 février 2020

Missions d’enquête : apiculture et tornade

Des missions d’enquête ont eu lieu mercredi 29 janvier sur deux événements climatiques survenus en Aveyron : l’impact du froid tardif sur les ruches dans tout le département et la tornade des 9 et 10 août sur le secteur de Bozouls, Saint-Côme d’Olt, Lassouts et Castelnau de Mandailles.

Mercredi 29 janvier, la DDT, accompagnée par des représentants de la FDSEA et des JA a réalisé des missions d’enquête sur le terrain autour de deux événements climatiques. A Saint Affrique, Pierrefiche d’Olt et Salles la Source, trois visites étaient programmées chez des apiculteurs. Ces derniers ont témoigné des conséquences sur la santé de leurs abeilles et sur la production de miel du froid tardif survenu en mars - avril 2019.

Une récolte de miel divisée par deux

«Le printemps a été précoce avec des ruches déjà prêtes en février mais le coup de froid dans les deux mois qui ont suivi a clairement pénalisé la production», ont témoigné les apiculteurs. De fait ils ont constaté une importante perte de production (jusqu’à moitié moins de miel). Les trois apiculteurs ont témoigné, chiffres à l’appui, des conséquences de cet effet climatique sur leur production, relayés par les responsables professionnels. Leurs témoignages sont à l’image de ce que l’ensemble des apiculteurs du département ont vécu la campagne dernière. Leur demande de reconnaissance au titre des calamités agricoles concerne donc la totalité des apiculteurs de l’Aveyron.

Les effets de la tornade

Deuxième sujet d’enquête du 29 janvier, la tornade des 9 et 10 août 2019 qui a touché le secteur de Bozouls jusqu’à Saint Côme d’Olt, Lassouts et Castelnau de Mandailles. Un travail avait été réalisé en amont de cet événement par le biais du réseau FDSEA, pour recenser les agriculteurs victimes de ce phénomène et dresser un premier état des lieux des dégâts. Cette mission d’enquête menée par la DDT a permis de faire le point sur les pertes éligibles au fonds des calamités agricoles : destruction de clôtures, d’arbres, conséquences des chutes d’arbres sur le pâturage ou les récoltes, dégâts sur le re-semis… Entre 15 et 20 exploitations seraient concernées par les effets de cette tornade, causant aujourd’hui encore des problèmes sur le terrain : «Des arbres ont été arrachés et il faudra du temps pour les remplacer et puis la tornade a aussi fragilisé l’existant, dès qu’il y a un nouveau coup de vent, certains arbres ont perdu de leur résistance…», commentent des agriculteurs sinistrés.

Grâce à ces éléments recueillis sur le terrain, la DDT va constituer un dossier de demande de reconnaissance qui sera étudié lors du Comité départemental d’expertise du 12 février pour une présentation devant le Comité national de gestion des risques agricoles le 25 mars.

Eva DZ