lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Aveyron Ambition Attractivité : Fabriqué en Aveyron séduit les jeunes

05 décembre 2019

Aveyron Ambition Attractivité : Fabriqué en Aveyron séduit les jeunes

Aveyron Ambition Attractivité a mandaté l’école d’ingénieurs de Purpan pour mener une étude sur la perception de la marque Fabriqué en Aveyron, auprès des 18-35 ans. Et visiblement, les jeunes «Millenials» affichent leur confiance en cette marque. Les résultats de cette étude ont été présentés lundi 2 décembre à la Chambre de métiers et de l’artisanat à Rodez.

Les jeunes entre 18 et 35 ans s’intéressent-ils aux labels alimentaires et leur font-ils confiance ? Aveyron Ambition Attractivité a lancé avec l’école d’ingénieurs de Purpan, une étude auprès de ces jeunes nés dans les années 2000, pour comprendre sur quoi reposent leur confiance et leur attitude envers les labels alimentaires et notamment la marque Fabriqué en Aveyron. «Nous voulons savoir quelle place occupe dans l’esprit des jeunes générations notre marque Fabriqué en Aveyron afin de la faire évoluer dans le bon sens», a expliqué en introduction, Jean-Claude Luche, président d’Aveyron Ambition Attractivité.

Accompagné de Cendrine Auguères, enseignant chercheur en marketing à l’école de Purpan, il a détaillé les résultats de ce sondage mené cette année, par des étudiants en partenariat avec 3 acteurs économiques porteurs de démarches de labellisation de produits alimentaires : Top alliance, Blue Wale et Les Paysans de Rougeline. «Il existe un foisonnement de démarches de qualité, de labels : comment le consommation s’y retrouve-t-il ? Nombre de structures et de produits porteuses de ces marques s’interrogent sur l’attitude et la compréhension des consommateurs. Nos étudiants se sont emparés de la question», a résumé Cendrine Auguères. «Si pour les plus âgés, le goût et la proximité des produits sont des priorités, les 18-35 ans ajoutent la question de l’environnement et de l’impact des produits sur soi, sa santé, sur la planète», détaille-t-elle. Dans un contexte économique tendu, très porté sur la technologie, les jeunes consommateurs sont moins fidèles aux marques, ils partagent leur expérience facilement et rapidement. Ils sont globalement très diplômés (bac +3 et plus), arrivés tard sur le marché du travail et ont un pouvoir d’achat moins élevé (-8%). Pour préparer leur enquête, les étudiants de Purpan ont convié 25 jeunes pour être au plus près de leur vocabulaire et ont réalisé plusieurs relevés dans les magasins (GMS, épiceries locales, marchés de plein air...). Ils ont sélectionné 9 labels dont 3 SIQO : AOP, label rouge, Agriculture Biologique, 3 labels de filière : Zéro résidu de pesticide, Bleu blanc cœur et médaillés au concours général agricole et 3 marques de territoire : Fabriqué en Aveyron, Viande de France et Sud de France. Et ont interrogé les jeunes sur la notoriété, la confiance et l’attitude face à ces labels. Au total, plus de 700 enquêtes ont pu être exploitées soit en face à face, soit par internet.

En terme de notoriété, les labels les plus anciens sont les plus connus. Mais la marque Viande de France affiche 80% de notoriété, il s’agit d’une démarche interprofessionnelle qui concerne tous les produits carnés, elle est donc élargie et bien visible du consommateur. Fabriqué en Aveyron affiche 25% de notoriété : «La marque est très connue au niveau local mais peine au-delà du département», note Jean-Claude Luche. «A nous désormais d’adapter notre stratégie de communication pour faire connaître notre marque».

Sur la confiance, Fabriqué en Aveyron tire bien son épingle du jeu : «elle est nettement devant les autres ! Ses arguments sont crédibles, son intégrité est reconnue ainsi que sa bienveillance, des éléments retenus par les jeunes», détaille Cendrine Auguères.

Quant à l’attitude, là encore et de loin, Fabriqué en Aveyron arrive en tête ! Un seul petit bémol sur le respect de l’environnement selon les jeunes interrogés. «Sur la confiance et l’attitude, les résultats prouvent que nous sommes sur la bonne voie», a commenté Jean-Claude Luche. «Notre discours local parle aux jeunes et se traduit par un acte d’achat, c’est encourageant pour l’avenir». L’enjeu est donc d’améliorer la notoriété de la marque : «Nous ne réussirons pas seuls ce challenge, c’est pourquoi nous avons associé à cette étude tous les partenaires et acteurs socio-économiques du département engagés dans des démarches de qualité. Nous les avons conviés à la restitution de cette enquête afin de réfléchir ensemble aux pistes d’amélioration que nous pouvons apporter pour faire connaître plus loin encore notre Aveyron et le rendre attractif», a-t-il détaillé. «Notre force est de nous associer aux démarches comme le Veau d’Aveyron et du Ségala, l’agneau fermier, le Roquefort, le Laguiole, les vins de l’Aveyron... Notre marge de développement est importante, à nous de la saisir !», a-t-il conclu.

Eva DZ