lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
GENELIM-POLLIMDOC et race Limousine : les «sans cornes» gagnent du terrain

03 septembre 2020

GENELIM-POLLIMDOC et race Limousine : les «sans cornes» gagnent du terrain

Après l’AG, les adhérents ont visité l’élevage limousin de Jean-Luc Mouysset à Sauveterre-de-Rouergue.

L’association GENELIM-POLLIMDOC, née en mars 2019, a tenu sa première assemblée générale à Sauveterre-de-Rouergue, jeudi 27 août.

«Notre association a pour objectif de créer une pépinière de femelles de race Limousine sans cornes, pour diffuser et vendre des mâles reproducteurs sans cornes, des embryons, et des génisses plus tard», résume le président, Bernard Bélard, éleveur et sélectionneur Limousin installé en GAEC à Thérondels. Il est à la tête d’une nouvelle association rassemblant 34 adhérents, des éleveurs Limousins de l’Aveyron, du Tarn et de l’Ariège. Bernard Bélard s’est lancé dans l’élevage sans cornes en 2007.

«Notre cheptel de 120 mères Limousine compte aujourd’hui 25 femelles sans cornes», explique le président. «Ces veaux sont plus vigoureux, plus rustiques. Ils sont plus calmes, c’est une sécurité pour les éleveurs». Autre point important, «il y a de la demande pour les animaux sans cornes chez les acheteurs qui veulent éviter l’écornage. La question du bien-être animal est en effet de plus en plus soulevée. Cette opération avec anesthésie locale prend du temps, et c’est pour moi une corvée», reconnaît Bernard Bélard.

Bien-être et sécurité

Les éleveurs de races Simmental et Charolaise sont déjà des adeptes d’animaux sans cornes pour toutes ces raisons. La question reste posée pour le cheptel Aubrac... «Pour la race Limousine, le «sans cornes» se pratique depuis 20 ans», poursuit le président. «En Allemagne, les éleveurs sont déjà très avancés sur cette pratique née il y a longtemps avec la race bovine britannique Angus. Les éleveurs allemands doivent faire appel à un vétérinaire pour l’écornage. En France, nous n’en sommes pas encore là mais rien ne dit que dans l’avenir, l’écornage devra se faire par une personne agréée avec une facturation». En France, «au sein du Herd-Book Limousin, le «sans cornes» gagnerait environ 3 ou 4 % chaque année en effectifs», conclut Bernard Bélard.

D.B.