lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Assemblée générale de l’UPRA Lacaune : une activité toujours en progression

03 mai 2018

Assemblée générale de l’UPRA Lacaune : une activité toujours en progression

L’assemblée générale de l’UPRA Lacaune s’est déroulée jeudi 26 avril à Rodez, avec un bilan positif appuyé sur un travail de sélection génétique profitant à l’ensemble de la filière.

La structure présidée depuis l’an dernier par Michaël Dressayre, éleveur à Belmont-sur-Rance, et dirigée par Gilles Frégeat, affiche des chiffres positifs dans son bilan d’activité 2017. «Notre base de sélection est confortée en schéma lait et viande, avec une hausse en nombre d’animaux en Lacaune viande» résument les deux hommes. En Lacaune lait, l’amélioration génétique se situe entre 2 et 4 % sur tous les caractères (lait, TB, TP, CCS, mamelles). «La sélection génomique réalisée dans la race depuis 2015 apporte un progrès génétique de 20 supplémentaire. Les deux schémas de sélection Lacaune viande Ovi-Test et GID Lacaune réalisent également des progrès considérables en particulier grâce à la gestion des gènes majeurs».

Dynamique à l’export

Autre point positif, le marché export, où la génétique Lacaune est désormais présente dans 21 pays. «C’est une activité animée par l’UPRA Lacaune au sein de GENELEX qui est de plus en plus importante, le fruit d’un travail mené depuis plusieurs années, avec comme résultat, une notoriété croissante pour la race Lacaune» note le directeur de l’UPRA. «En 2017, nous avons exporté à nouveau au Canada, aux Etats-Unis, en Nouvelle Zélande, et toujours en Europe, en Iran, au Liban, etc. Il y a dix ans, nos deux destinations principales étaient la Grèce et l’Espagne». Au total, ce sont 12 583 reproducteurs Lacaune qui ont été exportés en 2017, en hausse de 1 933 unités, plus 10 680 doses de semence (+ 10 210). Le président a par ailleurs annoncé des pistes intéressantes de contact avec la Russie... «Toutes ces valorisations génèrent des moyens financiers pour maintenir une avance génétique aux éleveurs de notre région et de nos filières», insiste Michaël Dressayre.

Travail et revenu

Gilles Frégeat poursuit : «l’objectif de la structure est d’améliorer les systèmes de production Lacaune, pour gagner en productivité, autonomie, qualité des produits, en progrès sanitaire, en baisse de charge de travail, et au final, pour plus de revenu au producteur. La génétique permet d’agir sur tous ces leviers, ce n’est pas nouveau. Mais tout va plus vite désormais avec la génomique et la renommée croissante de la race Lacaune qui apportent de la valeur».

Lors de l’assemblée générale, Jérôme Raoul (Idele Toulouse), a présenté son étude intitulée : «La sélection génomique en ovin allaitant : est-ce envisageable ?». Selon lui, elle peut être une alternative intéressante au testage. En fin de réunion, la technicienne Emma Singla et Ioan Romieu, vice-président de l’UPRA Lacaune, ont rendu compte du voyage effectué à l’occasion du 23ème symposium nord-américain sur la production de lait de brebis au Québec.

D.B.