lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Soulages Bonneval : quand les épouvantails ne suffisent plus...

02 juillet 2020

Soulages Bonneval : quand les épouvantails ne suffisent plus...

Sur l’Aubrac, les corneilles causent beaucoup de dégâts sur les jeunes semis de maïs. Aussi, les agriculteurs du plateau ont fait appel à la Fédération départementale des chasseurs pour former des chasseurs pour réguler la corneille noire.

Les corneilles sont très certainement les passereaux les plus intelligents qu’il soit. Oiseau opportuniste s’il en est, la corneille noire sait s'adapter et exploite plusieurs sources alimentaires. Charognes, invertébrés, graines et fruits, œufs, oisillons et petits mammifères sont fréquemment au menu. Les corneilles occasionnent cependant beaucoup de dégâts dans les cultures où elle consomme des graines et des jeunes plants et viennent se rappeler au bon souvenir des agriculteurs et des maraîchers qui les voient débouler dans les champs, les vergers, les jardins.

Sur l’Aubrac, les dégâts de corvidés se sont multipliés à tel point que toutes les parcelles visitées nécessitent un re semis partiel ou complet. La Fédération départementale des chasseurs leur a proposé une formation pour réguler la corneille noire. COVID oblige, le nombre de participants a été limité à 10. Pour Maxime Gaubert, formateur à la Fédération des chasseurs : «effrayer les corneilles avec des dispositifs d’effarouchement peut être une solution temporaire pour les éloigner, mais cela ne fait que déplacer le problème. Pour limiter les dégâts de façon cohérente et efficace, il faut réguler les populations à tir ou à piège. Il ne s’agit absolument pas d’éradiquer , mais d’intervenir à bon escient sur les secteurs où les dégâts sont importants».

Classée «Espèce Susceptible d'Occasionner des Dégâts» (ESOD), elle est chassable de l'ouverture au dernier jour de mars et peut relever de tirs de régulation au-delà, sur autorisation préfectorale de destruction. Elle peut aussi être piégée toute l’année, par toute personne titulaire d’un agrément de piégeur. Pour obtenir le statut ESOD, la présence de l’espèce doit se révéler significative sur le département et l’espèce doit porter une atteinte significative à l’économie (dont l’activité agricole).

La Fédération remercie la municipalité de Soulages Bonneval pour le prêt de la salle des fêtes et la société de chasse de Laguiole et de Montpeyroux pour l’organisation de cette formation.