lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Julien Tranier, agriculteur et engagé aux JA

02 janvier 2020

Julien Tranier, agriculteur et engagé aux JA

Julien Tranier, 32 ans, est éleveur de Veau d’Aveyron et du Ségala et de poulets en intégration, à Lunac. Installé depuis 2017, il est aussi engagé dans le syndicalisme, aux JA. Il préside le grand canton de Najac - Rieupeyroux - La Salvetat Peyralès.

Plutôt que de doubler la production ou de créer un nouvel atelier, Julien Tranier a décidé de rouler un peu sa bosse avant de s’installer sur la ferme familiale. Son père n’était pas encore en âge de prendre la retraite, ce qui lui a laissé le temps d’aller voir ailleurs ! Après un BTS au lycée François Marty puis une licence pro à Bernussou, il a travaillé pendant près de 9 ans, comme salarié, technicien, agent PAC, dans le milieu du matériel agricole, chez un volailler à la boucherie et au commerce ce qui lui a permis de voir l’envers du décor, lui qui élève des poulets ! «Ces expériences m’ont permis d’entrer dans le monde du travail, de voir aussi le fonctionnement d’une entreprise. Salarié ou chef d’exploitation, il y des avantages et des inconvénients des deux côtés ! J’étais très heureux de cette ouverture sur des milieux professionnels que je ne connaissais pas, notamment en terme de commercialisation. Ca permet de comprendre les spécificités de chaque métier», résume Julien qui ne regrette pas du tout ce parcours.

Mais Julien n’avait pas oublié son projet premier : s’installer sur la ferme familiale. Il a repris la suite de son père, le 1er mars 2017, sur l’exploitation à double production de Veau d’Aveyron et du Ségala et de poulets en intégration. «Sur la ferme, j’ai apporté quelques petites touches personnelles, notamment en terme d’optimisation technique. Je mise sur l’amélioration du troupeau existant plutôt que sur l’agrandissement», explique le jeune éleveur. Lors de sa formation puis pendant les 9 ans précédant son installation, Julien a eu le temps de mûrir son projet. «J’envisage de travailler sur la valorisation des animaux de réforme. L’opportunité s’est présentée avec UNICOR et les Halles de l’Aveyron, avec qui nous travaillons depuis longtemps, de créer un débouché rémunérateur sur ce type d’animaux. Du coup, j’ai saisi l’occasion pour me lancer dans ce créneau».

La fibre de l’engagement

Outre l’exploitation, les parents de Julien Tranier lui ont aussi transmis la fibre de l’engagement ! «Depuis petit, je partage ces valeurs de bénévolat sur notre hameau des Mazières, qui compte autour de 160 habitants», affirme Julien, trésorier du comité local d’animation. «Nous organisons plusieurs événements dans l’année pour faire vivre notre village : la fête en août avec une soirée pour les jeunes et une soirée avec orchestre, un repas avec tous les bénévoles en octobre, un quine en décembre... Dans le village, il n’y a pas que des agriculteurs et nous avons plaisir à nous retrouver ensemble pour partager de bons moments», souligne Julien. Ensemble ils ont d’ailleurs rénové une ancienne salle paroissiale qu’ils ont agrandie et transformée en lieu de retrouvailles ! «De 7 à 77 ans, chacun apporte sa pierre à l’édifice. Ce tissu rural, c’est la force de la vie à la campagne, on connaît tous nos voisins !». Et aux Mazières, cette dynamique est porteuse puisque de nouvelles familles sont arrivées : «il y a encore de la vie dans nos campagnes et quand on s’installe jeune agriculteur on se sent moins isolé», assure le jeune éleveur.

Une charte locale

Pour ne pas s’isoler sur la ferme, Julien a décidé de rejoindre les JA. Depuis son installation, il préside le grand canton qui réunit Rieupeyroux - Najac - La Salvetat Peyralès. «Je connaissais d’anciens adhérents et j’ai découvert des valeurs et des idées qui me plaisent bien !», sourit Julien. «C’est important de s’engager dans une démarche qui défend l’intérêt collectif», estime-t-il. Son canton JA était un peu en sommeil, avec sa nouvelle équipe, il essaie de relancer la dynamique : «Nous travaillons sur une charte locale transmission - installation, une approche transversale de cette thématique qui réunit toutes les forces vives locales. Le diagnostic de notre territoire sera présenté en janvier et à partir de là, nous définirons ensemble un plan d’actions pour favoriser le renouvellement des générations», avance Julien, satisfait de la bonne participation à ce projet.

Le canton JA Rieupeyroux - Najac - La Salvetat Peyralès qui avait accueilli il y a quelques années, une finale départementale de labour, souhaite relancer l’opération Découvrez nos fermes, pour créer un moment de retrouvailles entre JA et avec le grand public chaque été. Quant à Julien, il promet de continuer à accompagner l’équipe locale, qu’il souhaite représenter au prochain conseil d’administration JA 12 qui se renouvelle au printemps. «Je souhaite apporter ma contribution aux JA tant que sur ma ferme, je peux compter encore sur l’appui de mon père mais aussi sur l’entraide entre voisin, sur le service de remplacement...», confie-t-il. «Certes il y a l’astreinte mais nous disposons d’une certaine souplesse dans l’organisation de notre travail. C’est pour cette raison que je voudrais améliorer l’optimisation du travail, et pourquoi pas créer un emploi à temps partiel via le groupement d’employeurs... Il faut simplement anticiper les choses et se donner les moyens de bien les réussir», conclut Julien.

Eva DZ