lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Trame, Cuma, Civam : promouvoir l’agriculture de groupe dans la future PAC

11 Septembre 2020 | Actus nationales

Trame, Cuma, Civam : promouvoir l’agriculture de groupe dans la future PAC

Alors que les négociations de la future Politique agricole commune (PAC) se poursuivent, trois têtes de réseaux (Trame, FNCuma et Civam*) entendent faire reconnaître leurs spécificités.

L’agriculture de groupe doit être un « moteur pour la future PAC ». C’est ce qu’ont expliqué Trame, la FNCuma et Civam, le 8 septembre lors d’une conférence de presse commune. Ces trois têtes de réseaux ont décidé de travailler ensemble pour présenter leurs propositions pour la PAC post 2020. « Ce qui nous regroupe, c’est le collectif qui n’est pas pris en compte dans la PAC », a expliqué Olivier Tourand, éleveur dans la Creuse, et vice-président de Trame.

« La PAC actuelle ne réussit pas à apporter une réponse satisfaisante à tous les enjeux, a-t-il poursuivi. Elle ne peut pas continuer à attribuer des aides à des filières qui ne permettent pas de rémunérer les agriculteurs ». Dérèglement climatique ; pollution des sols, de l’eau, de l’air ; érosion de la biodiversité ; perte de qualité des productions alimentaires ; inégalités d’accès à l’alimentation ; désertification du monde rural… tels sont les défis que devra relever la future PAC selon les trois organisations.

« L’agriculture de groupe et le collectif sont une réponse à ces enjeux s’ils sont basés sur trois principes agroécologiques : le territoire comme échelle de travail ; la diversité comme une réponse à la standardisation et la spécialisation de l’écosystème agro-alimentaire, et comme une manière d’appréhender l’agriculture (génétique, cultures de production, cultures alimentaires, savoirs...) ; le collectif comme support d’action (innovations, ancrage territorial, réassurance...) » ont estimé les trois organisations.

«Ramener de l’économie sur l’exploitation»

Trame, Civam et FNCuma formulent plusieurs propositions concrètes : maximiser le rééquilibrage du montant du premier pilier vers le second ; plafonner les aides du 1er pilier à l’actif (exploitant et premier salarié), accessibles au moins de 65 ans ; rendre éligible les collectifs aux aides du 1er pilier ; mettre en place dans le 2nd pilier un contrat de transition agroécologique et alimentaire de territoire … Cette dernière mesure devrait permettre de « ramener de l’économie sur l’exploitation », précise Antoine Delahais, polyculteur-eìleveur en Seine-Maritime, trésorier de Réseau Civam.

Car « accumuler des hectares permet d’augmenter le chiffre d’affaires, mais pas la valeur créée ». Le second pilier « permet de s’engager sur le temps long dans des pratiques nouvelles, et à l’échelle d’un territoire », a ajouté Olivier Tourand.

Enfin, Christophe Perraud, secrétaire général de la FNCuma, agriculteur en Loire-Atlantique a rappelé que le débat public national sur l’avenir de la PAC venait de redémarrer. « Nos réseaux sont mobilisés pour débattre avec la société », a-t-il conclu

*Trame (Tête de réseaux associatifs de développement agricole et rural), Fédération nationales des Coopératives d’utilisation de matériel agricole (FNCuma) et Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (Civam).


 éleveurs+CUMA+PAC