lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Semences: l’interprofession tend la main à de nouvelles organisations

09 Octobre 2020

Semences: l’interprofession tend la main à de nouvelles organisations

Une gouvernance plus large est désormais en place au Gnis (interprofession des semences et plants), qui a encore émis le souhait, le 8 octobre, de «s’ouvrir à des nouvelles parties prenantes». Il s’agit de devenir «l’interprofession de toutes les formes et tous les usages de semences et plants», a déclaré le président reconduit François Desprez. Le Gnis avait annoncé le 28 août ouvrir la porte à la Confédération paysanne, à la Coordination rurale et aux Jeunes Agriculteurs, qui peuvent intégrer le conseil d’administration à la suite d'un décret. C’est chose faite pour JA. La CR et la Conf' n’ont «pas encore désigné leur représentant», selon lui. Reste au nouveau conseil d’administration à prendre contact avec les trieurs à façon, les réseaux de semences paysannes et fermières pour définir les modalités de leur participation au Gnis, a indiqué François Desprez. Cette «ouverture» de l’interprofession s’est déjà traduite par des travaux sur la bio auxquels ont été conviés notamment l’Itab (institut technique) et la Fnab (agriculteurs bio), a signalé le vice-président Pierre Pagès. Plus largement, le Gnis manifeste aussi la «volonté d’une ouverture vers la société». L’interprofession a un rôle à jouer pour «améliorer l’image de l’agriculture», selon François Desprez.