lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Les chercheurs se mobilisent contre la dégradation des terres

14 Février 2020

Les chercheurs se mobilisent contre la dégradation des terres

Dans une tribune publiée le 11 février dans Nature sustainability, vingt chercheurs issus de tous les continents, citant les résultats du rapport de l’Ipbes (plateforme onusienne pour la biodiversité) de 2018, dénoncent «le manque de sentiment d’urgence sur le sujet de la dégradation des terres». Selon les chercheurs, «il n’y a pas d’accord sur des moyens standardisés de mesure de la dégradation des terres, ni sur ce que l’état désiré devrait être». La tribune propose dix pistes de solution pour répondre à ces écueils, dont la mise en place d’objectifs quantifiables, des systèmes standardisés de contrôle et de suivi, ou encore un renforcement des réglementations nationales. La dégradation des terres se définit comme l’abandon de terres, la perte de biodiversité, ou le déstockage de carbone des sols. Le rapport de l’Ipbes de 2018 souligne que la dégradation la plus importante surviendra dans le futur «là où les réserves foncières disponibles pour l’agriculture sont les plus importantes», notamment en Amérique du Sud, en Afrique subsaharienne, et en Asie.