lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

18 Octobre 2019 | Actus nationales | Actus Aveyron | Actus élevage

Le ras le bol des agriculteurs [point de vue]

Les JA et la FDSEA se mobilisent à nouveau lundi 21 octobre, en soirée, dans le cadre d’un mouvement national contre les accords du CETA/Mercosur, l’agribashing, etc. Le point de vue de Rémi Agrinier, secrétaire général des JA Aveyron (photo JA12).

- Pourquoi cette action ?

«Les agriculteurs en ont ras le bol d’être malmenés par des politiques et une partie de la population. On nous demande de produire une agriculture de qualité et notre pays veut importer l’inverse, avec des traités commerciaux comme le CETA et le Mercosur. Tout cela est incohérent ! Nous avons donc décidé de durcir le ton, avec ce nouveau rendez-vous de lundi soir où tous les cantons JA et FDSEA seront mobilisés. Nous allons afficher partout notre slogan «N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas».

- Qu’attendez-vous des consommateurs ?

En France, nous avons une agriculture reconnue comme l’une des meilleures au monde. Face à cela, je le répète, on veut nous proposer des produits agricoles inverses, qui ne respectent pas nos pratiques en terme de qualité. Nous aimerions que les consommateurs réagissent de leur côté, avec plus de cohérence dans leur acte d’achat. Le discours ambiant c’est moins de pesticides, plus de bien-être animal, etc. Mais lorsqu’il s’agit d’acheter ces produits de qualité qui ont un prix, le consommateur n’est souvent pas en phase avec ses exigences... Les agriculteurs français produisent pour tout le monde, le mieux possible.

- Qu’attendez-vous maintenant du gouvernement ?

Le gouvernement doit afficher clairement ses positions. Il faut qu’il nous soutienne, qu’il arrête de signer des traités de libre échanges contraires à l’intérêt de notre agriculture. Autre chose, les médias doivent aussi arrêter de nous accabler ! De nous accuser de pollueur avec les pesticides, ou de maltraiter nos animaux. Qu’ils aillent voir sur le terrain la réalité de notre métier et de nos pratiques ! J’ai encore entendu à la télévision cette semaine que la mortalité des abeilles, c’était notre faute, à cause des pesticides. Les apiculteurs savent que c’est le frelon asiatique et le varroa qui sont principalement responsables de cette mortalité, et non les agriculteurs. Il faut arrêter de mentir aux télespectateurs. Il faut leur dire la vérité.

- Comment réagissent les jeunes agriculteurs à travers les réseaux sociaux notamment, face à l’agribashing ?

C’est un problème pour nous car nous sommes peu nombreux parmi la population, et donc peu à réagir contre les informations fausses ou incomplètes. Sur les réseaux sociaux, il est facile de balancer n’importe quoi pour faire de l’audience, du buzz. Le problème est que le citoyen lambda qui ne connaît pas la réalité de la campagne, du monde rural, peut prendre chaque info pour argent comptant...

- Qu’attendez-vous, enfin, de cette nouvelle action de lundi ?

En Aveyron, notre dernière action du 8 octobre avait privilégié le contact avec les consommateurs, avec des dégustations de produits aveyronnais. D’autres départements avaient choisi des blocages routiers. Cette fois, nous allons monter d’un cran, avec le message clair contre une alimentation que nous ne voulons pas. Nous sommes tous prêts à bouger. Et aller à Stasbourg, vendredi 15 novembre, pour signifier aux parlementaires européens qu’ils arrêtent d’être bipolaires, de voter l’inverse de ce qu’ils nous demandent de produire !».

D.B.

Action FDSEA-JA ce lundi 21 et mardi 22 octobre : «N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas»

Les FDSEA et les JA Aveyron maintiennent la pression contre les ratifications du CETA/Mercosur, l’agri-bashing, etc, avec «un acte IV de la mobilisation automnale», dans le cadre du mouvement national porté par la FNSEA et les JA, jusqu’au rendez-vous européen prévu à Strasbourg le vendredi 15 novembre.

Pour l’Aveyron, un nouvel appel à mobilisation est donc programmé pour ce lundi 21 octobre, à partir de 20 h 30, derrière le slogan : «N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas». Tous les cantons sont mobilisés pour afficher le slogan au bord des routes. Des points presse sont programmés mardi 22 octobre, en matinée, devant la préfecture à Rodez et les sous-préfectures de Millau et de Villefranche-de-Rouergue.

 éleveurs+JA+FDSEA

16 Octobre 2019 | Actus Aveyron

Conférence et journée d’échanges : les agricultrices prennent leur place !

Il y a un an, à l’initiative de deux jeunes agricultrices membres de JA, un groupe s’est créé pour encourager les agricultrices, et elles sont de plus en plus nombreuses, à s’engager pour défendre leur métier et leur place. Elles se sont retrouvées pour une journée d’échanges mardi 15 octobre à Rodez (notre photo).

A l’image de la féminisation de l’agriculture au niveau national et en Aveyron, les agricultrices étaient nombreuses à participer à la journée d’échanges autour de l’engagement au féminin. Chefs d’exploitation, membres de GAEC, conjointes collaboratrices, tous les profils étaient représentés, de même que la diversité des productions et des régions naturelles du département. «Ca me fait chaud au cœur de voir toutes ces femmes réunies et réfléchir ensemble pour encourager d’autres agricultrices à les rejoindre», a introduit Marie-Thérèse Lacombe en doyenne de la rencontre et de l’engagement des femmes en agriculture.

«La relève est là !»

Parce qu’il est important de savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va, Marie-Thérèse Lacombe a rappelé quelques points d’histoire. Et l’histoire n’est pas si éloignée que cela, du temps où les femmes n’avaient pas leur mot à dire sur les fermes : «elles étaient des bras de plus pour travailler et elles assuraient la descendance !», se souvient Marie-Thérèse Lacombe, qui toute sa vie a travaillé «sans titre» pour une «retraite minable». De son engagement à la JACF où elle a rencontré Raymond Lacombe à son arrivée en Aveyron en 1958 : «notre première décision a été de construire notre propre maison pour ne pas subir le fléau de la cohabitation avec les beaux-parents !». De ses actions militantes au niveau national pour faire reconnaître la place des femmes dans l’agriculture à son implication locale dans les groupes de vulgarisation féminine.

«Dans ces groupes, les femmes ont travaillé sur des sujets concrets : amélioration de l’habitat, mise en place de petits élevages hors-sol, prise en main de la comptabilité et de la TVA...», se souvient-elle. Et de revenir sur les faits marquants de la reconnaissance des femmes en agriculture : transparence dans les EARL en 1985, reconnaissance des associés dans la DJA en 1987, statut conjoint collaborateur en 1999, couverture sociale en 2006, GAEC entre époux en 2010... «Mais il y a encore beaucoup à faire», avance Marie-Thérèse Lacombe. Sabine Naudan - Delbosc, vice-présidente de la MSA pour l’Aveyron, évoquant ainsi la présence d’une cinquantaine de femmes toujours sans statut en Aveyron aujourd’hui.

28% des chefs d’exploitation en Aveyron sont des femmes

En France :

25% des chefs d’exploutation sont des femmes contre 8% en 1970

31% en viticulture, 31% en ovins et autres herbivores, 27% en porcs et volailles

32% des actifs permanents agricoles sont des femmes en 2018

52% des élèves de l’enseignement agricole sont des femmes en 2019

En Aveyron :

8 311 femmes actives en agriculture dont 2 767 chefs d’exploitation en 2019

28% des chefs d’exploitation sont des femmes

Au conseil d’administration de la FDSEA : 8 femmes sur 138 membres

Au conseil d’administration de JA : 3 femmes sur 26 membres

A la Chambre d’agriculture : 12 femmes sur 39 membres.

 éleveurs+agricultrices+femmes

10 Octobre 2019 | Actus Aveyron | Actus élevage

Ce week-end à Naucelle : 14ème Festiboeuf et 7ème Salon du goût

Les partenaires du CNPE réunis autour de son président Jérôme At.

Le 14ème Festiboeuf sera lancé ce vendredi 11 octobre à Naucelle, poursuivi durant tout le week-end par le 7ème Salon du goût.

Le fleuron régional de l’élevage bovins viande est présent au concours national des animaux de boucherie rassemblant cette année 184 bêtes de haute qualité pour la 14ème édition de Festiboeuf (1). Il est organisé par le Comité Naucellois pour la Promotion de l’Elevage (CNPE) dans un contexte jugé particulier, estime le président Jérôme At : «il y a en effet une grosse pression sur le monde agricole, avec la sécheresse, mais aussi l’agribashing, les anti-viande qui prennent une trop grande place dans l’actualité. Quant au CETA, c’est un mauvais signal qui est envoyé aux consommateurs !» dénonce-t-il. 

Cette année, 25 % des animaux inscrits au concours sont élevés sous signe officiel de qualité, avec les filières Fleur d’Aubrac IGP, Boeuf Fermier Aubrac label rouge, Boeuf Limousin label rouge... «Il n’y a que des bonnes bêtes de races Aubrac, croisée, Limousine, Charolaise, Blonde d’Aquitaine». La vente aux enchères des neuf championnes débutera ce vendredi 11 octobre à 14 h 30.

Marché gourmand

Le 7ème Salon du goût organisé ce week-end sera donc festif avec son marché gourmand mettant en valeur «nos productions locales qui rassemblent et fédèrent tout un territoire» souligne Jérôme At. Comme l’an dernier, Interbev Midi-Pyrénées et son animatrice basée à Rodez, Marie Christophe, sont aux manettes de cette 7ème édition.

Plusieurs filières qualité seront présentes avec le Veau d’Aveyron et du Ségala label rouge IGP, Bœuf Fermier Aubrac label rouge, Fleur d’Aubrac IGP, l’agneau fermier Lou Paillol label rouge, l’agneau laiton de l’Aveyron label rouge IGP, l’agneau fermier des Pays d’Oc label rouge. Mais aussi le Safran du Quercy (IGP en cours), les vins d’Aveyron IGP et les vins AOP Marcillac.

Animations et chevaux de trait

Tous le milieu associatif naucellois est partenaire de Festiboeuf et du Salon du goût (clubs de rugby, basket, comité d’animation), avec l’appui de la municipalité représentée par Olivier Douziech lors du dernier point presse, et de la Maison familiale et rural de Naucelle dirigée par Mireille Rost. Plusieurs animations sont prévues avec notamment, dégustations, restauration (tripous/tête de veau), vide-greniers, jeux en bois, maquillage et coloriage (IRVA), structure gonflable, un concert ce samedi soir (No Réso).

Le concours départemental des chevaux de trait, porté par son syndicat (66 adhérents) présidé par Bernard Rey, aura lieu dès samedi avec ses impressionnants chevaux lourds de races Percherons, Comtois et Bretons, et ce pour la 4ème année consécutive à Naucelle.

D.B.

(1) Plus d’infos sur le site : http://comitefoire.naucelle.free.fr

 éleveurs+festiboeuf+viande

08 Octobre 2019 | Actualités en vidéo | Actus Aveyron | Actus élevage

FDSEA-JA Aveyron : action dégustation pour les consommateurs de Rodez [vidéo]

«France, veux-tu encore de tes paysans ?», c’est derrière ce slogan interrogateur que FDSEA et JA Aveyron ont rejoint l’action nationale lancée ce mardi 8 octobre par le réseau FNSEA et JA, avec une dégustation organisée dans le centre-ville de Rodez.

Cette action «bon enfant» s’est déroulée au Carrefour St-Etienne à Rodez autour d’une dégustation de produits locaux issus des productions agricoles de l’Aveyron. Objectif, communiquer dans la convivialité sur des dossiers qui préoccupent les paysans français, comme les accords internationaux, CETA/Mercosur, mais aussi l’agri-bashing, les contrôles...

Le commentaire de Valérie Imbert, secrétaire générale FDSEA Aveyron.

 éleveurs+ceta+viande

07 Octobre 2019 | Actus Aveyron | Actus élevage

FDSEA-JA : opération dégustation à Rodez ce mardi 8 octobre [point de vue]

La FNSEA et les JA ont mis au point une stratégie syndicale jusqu’en novembre pour se faire entendre et retrouver de la considération notamment auprès de l’Etat et de l’ensemble de la société. Plusieurs actions sous la bannière «France, veux-tu encore de tes paysans ?» sont organisées, dont la prochaine en Aveyron ce mardi 8 octobre à Rodez. Le point de vue de Valérie Imbert (notre photo), secrétaire générale FDSEA Aveyron.

Pourquoi cette stratégie de mobilisation syndicale sur la durée ?

V. Imbert : «Le réseau FNSEA et JA veut exprimer le ras le bol des agriculteurs : agribashing permanent, accords internationaux, pression environnementale incompréhensible, sentiment de déconsidération... le sentiment de ras le bol est général. Plutôt que de subir, la FNSEA et les JA ont lancé une stratégie syndicale jusqu’en novembre pour se faire entendre et obtenir des réponses à nos problématiques.

Quel sera le message ?

V. Imbert : Est-ce que la France veut encore des paysans ? A travers cette question nous voulons interpeller à la fois les pouvoirs publics, le gouvernement mais aussi les consommateurs. Chacun doit prendre conscience que si rien n’est fait, les agriculteurs français ne seront plus là demain et qui fournira les produits pour nourrir les Français ? N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas, avec ce message nous voulons renouer le dialogue avec les consommateurs. Nous sommes tous consommateurs, nous sommes tous responsables de l’alimentation de demain. Nous devons défendre notre production, expliquer la qualité de nos produits, leur traçabilité, leur origine, nos pratiques pour être mieux compris et mieux défendus.

Comment va se concrétiser cette stratégie ?

V. Imbert : Des actions sont programmées régulièrement. Elles ont commencé dès cette semaine au Sommet de l’élevage à Cournon qui accueille notamment le ministre de l’agriculture et le Président de la République (attendu vendredi). De multiples banderoles «N’importons pas l’alimentation que nous ne voulons pas» seront affichées pendant les 3 jours du Sommet.

Le 8 octobre, une journée nationale d’action est organisée dans tous les départements. En Aveyron, nous avons choisi de proposer une dégustation de produits aveyronnais (viande, fromages...) de 11h à 14h carrefour Saint Etienne au centre-ville de Rodez. L’objectif étant d’aller à la rencontre des consommateurs.

Du 14 au 20 octobre, un challenge est lancé dans les cantines et la restauration hors domicile pour inciter à «manger français». Le 22 octobre, un convoi d’agriculteurs convergera vers la préfecture et le 15 novembre à Strasbourg alors que les ministres de l’agriculture européens seront réunis, un grand rassemblement d’agriculteurs sera organisé. Parallèlement nous rencontrons nos sénateurs pour les sensibiliser à voter contre le CETA. Un gros mois d’action nous attend mais nous sommes plus que jamais motivés à nous faire entendre !».

Recueillis par Eva DZ

 éleveurs+bovins+ceta

Précédents articles

04 Octobre 2019 | Retraites et agriculture au Grand débat animé par E. Macron à Rodez
26 Septembre 2019 | Didier Guillaume et «le modèle agricole aveyronnais» [vidéo]
26 Septembre 2019 | Didier Guillaume à l'écoute de l'agriculture aveyronnaise [diaporama]
25 Septembre 2019 | Didier Guillaume à la Maison de l'agriculture à Rodez ce jeudi matin
19 Septembre 2019 | Face à la prédation du loup : FDSEA et JA allument deux feux !
16 Septembre 2019 | FD CUMA Aveyron : journée mécanisation jeudi 19 septembre à Buzeins
13 Septembre 2019 | «Loup, la détresse est européenne» : des feux dans le Nord et Sud-Aveyron ce vendredi soir
13 Septembre 2019 | Emploi : l’agriculture, un secteur qui recrute en Aveyron !
29 Août 2019 | FDSEA et JA Aveyron rencontrent la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon (Transition écologique)
22 Août 2019 | Ce week-end à Layoule-Rodez plage : les JA animent la ville !
Voir toutes les archives