lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

22 Mai 2020 | Actus Aveyron

Romain Déléris, président de JA 12 : «Nous sommes prêts à repartir à l’action»

Romain Déléris, nouveau président de JA 12 (notre photo), revient sur la période de confinement, les incidences sur les exploitations des jeunes agriculteurs et l’organisation de son réseau pour assurer la continuité des dossiers.

Comment avez-vous vécu cette période de confinement ?

R. Déléris : «Je tiens tout d’abord à remercier tous ceux qui ont continué à produire. Je salue la capacité des secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire à s’adapter au changement de consommation face à la fermeture de certains marchés. Ce fut un sacré défi qui a été relevé brillamment. A JA12, le confinement a été décrété alors que nous étions en plein séminaire de début de mandat. Nous avons eu la chance de pouvoir élire notre bureau juste avant la mise en place des mesures restrictives de déplacement. De fait, notre équipe était en place, avec nos deux animatrices en télétravail, pour continuer à travailler sur les dossiers. Nous nous sommes réunis à plusieurs reprises en visio-conférence.

Et chez les jeunes agriculteurs ?

R. Déléris : Ce confinement a révélé combien nous étions heureux d’être agriculteur ! Travailler avec la nature, au milieu de grands espaces. Personnellement cela m’a conforté dans mes motivations premières de choisir ce métier ! Cela n’occulte pas les difficultés néanmoins : celles de l’isolement et du manque de lien social. Chez JA, on aime partager de bons moments ensemble. Le lien social manque mais nous avons eu quelques visio-conférences très conviviales et dynamiques ! On s’est adaptés aux outils à distance !

«Nous n’avons pas oublié la convivialité même en visio !»

Sur le plan professionnel, nous avons continué à faire notre métier comme d’habitude notamment en filière longue et organisée. Nous avions quelques craintes sur la capacité des entreprises à assurer, dans ce contexte, la collecte, la transformation et la valorisation de nos productions mais je pense que, dans l’ensemble, les résultats sont satisfaisants. Je n’oublie pas tous les agriculteurs engagés en circuits courts, qui ont vu leurs débouchés se fermer (marchés de plein vent, restauration collective...). Ils ont dû s’adapter, faire preuve de créativité, d’imagination pour valoriser leurs produits, sans ménager leur peine, sans compter leur temps de travail. Chaque semaine, les JA participent à une cellule réunissant les responsables d’OPA afin de trouver des solutions collectives à la crise. C’est ainsi que nous avons sollicité la MSA sur une enveloppe du fonds social pour accompagner les agriculteurs en difficulté et ceux aussi qui ont dû gérer de front, la poursuite de leur activité sur la ferme et la gestion des devoirs de leurs enfants confinés à la maison.

L’installation est une priorité chez JA. La période de confinement a-t-elle eu une incidence sur l’avancée des porteurs de projet ?

R. Déléris : Notre équipe JA 12 est restée à l’écoute de ses adhérents et de ses partenaires qui interviennent sur l’installation. Tous les organismes techniques ont su se rendre disponible par mail ou par téléphone pour ne laisser personne de côté. Le ministre de l’agriculture a aussi pris des mesures rapidement pour garantir la continuité des installations. Aucun projet n’a été bloqué à notre connaissance. Et nous avons pu faire remonter la nécessité de tenir des formations à distance pour les porteurs de projet. Nous continuons aussi à suivre l’actualité autour de l’installation, nous avons affiné notre programme d’action pour l’avenir. On se tient prêt dès que cela sera possible de concrétiser des actions de communication sur l’installation et la transmission.

«Des opportunités se sont créées»

Quels enseignements tirez-vous de cette crise ?

R. Déléris : Au-delà des difficultés rencontrées, nous voulons saisir les opportunités offertes, par exemple sur la promotion du métier. Pendant cette crise, les agriculteurs ont été davantage écoutés, les consommateurs ont traduit dans leurs achats, leur souci d’une origine France des produits, leur attachement à l’économie de leur territoire, leur engagement pour une agriculture vertueuse. Ce que nous avons toujours défendu mais la crise a rendu ce discours bien plus visible. C’est dans ce sens que nous avons adressé un courrier à l’ensemble des élus du département et de la région afin de les sensibiliser à l’approvisionnement local dans les cantines scolaires, les hôpitaux, les entreprises, les maisons de retraite... J’espère que cet élan de consommation citoyenne va se poursuivre.

Je pense aussi que le métier d’agriculteur a bénéficié d’une belle image pendant cette crise : j’en veux pour preuve l’élan de solidarité pour apporter un coup de main aux exploitants en manque de main d’œuvre. Cela va dans le sens de la promotion de l’agriculture, de l’attractivité du métier. Nous devrons nous en servir pour la suite».

Eva DZ

 éleveurs+JA+installation

18 Mai 2020 | Actus Aveyron

Restauration collective : FDSEA et JA appellent «à privilégier l’origine France»

«Si l’incertitude demeure quant aux modalités d’ouverture de la restauration collective, notamment scolaire, la FDSEA et JA souhaitent sensibiliser les responsables de la commande publique à la nécessité d’orienter massivement les approvisionnements vers des productions françaises.

Ce débouché supplémentaire pour les productions agricoles permettra de contribuer au rééquilibrage des marchés pour les filières les plus fragilisées par les mesures de confinement, à la condition de limiter les produits importés, et de sensibiliser nos concitoyens à l’origine France.

C’est en ce sens que la FNSEA et JA ont écrit à François Baroin, Président de l’Association des Maires de France, Dominique Bussereau, Président de l’Assemblée des départements de France et Renaud Muselier, Président de Régions de France.

Dans cet esprit, FNSEA et JA appellent l’Etat à prendre ces engagements dans les restaurations collectives dépendantes de sa responsabilité, à l’image de la restauration collective hospitalière ou pénitentiaire, qui sont restées en activité durant la période de confinement.

Au niveau local, FDSEA et JA ont relayé cette demande auprès des Maires, du Conseil Départemental et des Députés et Sénateurs Aveyronnais.

Face aux quantités importantes de denrées alimentaires stockées, notamment des viandes, nous souhaitons ainsi que les acteurs de la restauration collective redémarrent l’activité avec une philosophie nouvelle à savoir diminuer notre recours aux filières d’importation et favoriser l’origine France. C’est aussi répondre à la demande d’une grande partie de nos concitoyens et une façon de renforcer le lien entre agriculteurs et consommateurs, de les sensibiliser à la qualité des produits de leur territoire, de leur pays.

Les agriculteurs français sont fortement mobilisés depuis le début de la crise, ils continueront toujours de l’être pour nourrir leurs concitoyens. Il est donc légitime d’attendre en soutien, des actes forts de la part des responsables politiques locaux qui, avec la gestion de la restauration collective, peuvent eux-aussi contribuer à la souveraineté alimentaire de la France».

Communiqué FDSEA et JA Aveyron

 éleveurs+cantines+virus

15 Mai 2020 | Actus Aveyron

Gîtes de France Aveyron : une bouffée d'air du 15 mai au 2 juin !

Nature, sérénité, liberté, grands espaces, simplicité, authenticité, paysages variés, tant de choses qui ont manqué pendant cette longue période de confinement. Le label Gîtes de France se mobilise et propose des séjours pour tous ses clients dans un rayon de 100 km à partir du 15 mai. L’Aveyron s’est bien sûr associé à cette démarche.

Le protocole de désinfection COVID-19 pour les hébergements chez l’habitant et les autres hébergements est validé jeudi 14 mai par le comité interministériel.

Le label Gîtes de France® a fait une proposition de protocole que l’on applique depuis?le début de la crise pour les hébergements loués par les professionnels. Tous s’organisent donc pour une réouverture des logements à partir du 15 mai pour les clients d’un rayon de 100 km autour des gîtes et chambres d’hôtes.

Des remises pour les Aveyronnais...

Dans le but de soutenir le tourisme local, solidaire et humain, Gîtes de France® Aveyron lance une opération #serronsnouslescoudes pour les habitants de l’Aveyron, en bénéficiant d’une remise de 20 % pour une réservation entre le 15 mai et le 2 juin.

... et pour remercier les soignants

De plus, après la première opération solidaire à destination des soignants avec des hébergements ouverts gratuitement, Gîtes de France® Aveyron propose une deuxième opération solidaire #merciaux- soignants en proposant des séjours avec 30 % de remise entre le 15 mai et le 2 juin.

Infos et réservations : 05 65 75 55 66 - resa@energy-locations.com

 éleveurs+tourisme+gîtes

11 Mai 2020 | Actus Aveyron

Artisans bouchers Aveyron : le circuit court par excellence !

Les commerces de bouche ont été les seuls autorisés à rester ouverts pendant le confinement. Pierre Azémar, administrateur et président sortant du syndicat départemental des artisans bouchers, revient sur cette période tout de même délicate pour les professionnels et qui ne sera pas sans conséquence pour l’avenir.

«Selon la localisation des magasins, l’impact du confinement a été plus ou moins important : certains ont enregistré des hausses d’activité, d’autres des baisses, d’autres encore ont stabilisé leurs ventes. Ce sont surtout les hyper-centres qui ont souffert ainsi que les commerces les plus isolés et qui comptaient sur le démarrage de la saison touristique... Nous notons de façon générale, un regain d’intérêt des consommateurs pour les petits commerçants proches de chez eux. Ils ont (re)découvert leurs commerçants locaux, en qui ils ont toute confiance. Les mesures d’hygiène, de désinfection sont une habitude dans notre travail, depuis toujours, cela rassure la clientèle. Et nous avons aussi maintenu l’approvisionnement chez nos éleveurs pour nos produits. Une garantie d’origine, le circuit court par excellence ! D’ailleurs nous nous sommes associés à l’opération nationale soutenue par la Chambre de métiers et de l’artisanat fin avril «Je soutiens mon artisan».

Nos boucheries ont aussi souffert de l’annulation des concours d’animaux de boucherie, comme les Bœufs de Pâques de Laguiole ou de Baraqueville, ces événements sont l’occasion de se retrouver au sein de la filière viande, de célébrer des animaux un peu mieux finis même si en Aveyron, bassin d’élevage par excellence, la qualité se vit au quo-tidien ! Cela nous a poussé à nous réorganiser, à être pro-actifs en proposant de la livraison à domicile, des Drive, à modifier nos horaires d’ouverture... Il est difficile de tirer un bilan de la situation de nos commerces aujourd’hui mais certains ont vraiment souffert. Nous devons préserver notre activité pendant cette crise et déjà anticiper l’après : montrer que nous sommes en capa- cité de fournir un service attendu, presque personnalisé et de qualité. Il faut le vivre comme une opportunité de nous démarquer. Cela passe aussi par la non-augmentation de nos tarifs».

Et par la solidarité aussi... Pierre Azémar propriétaire de Rouergue Saveurs à Rodez, a décidé de reverser 5% de son chiffre d’affaires aux artisans et commerçants qui ont dû baisser le rideau pendant le confinement. «Cela correspond à la marge nette de mon maga- sin. Cette somme sera convertie en bons d’achat pour mes clients, à utiliser chez des commerçants du Ruthénois. Je le fais pour permettre à notre tissu économique local de s’en sortir. Il s’agit de notre avenir à tous».

Eva DZ

 bouchers+viande+bovins

08 Mai 2020 | Actus Aveyron

«Aveyron Labo prêt pour les tests Covid-19»

Jean-Claude Anglars (notre photo), vice-président du Conseil départemental de l’Aveyron, président de la commission agricole, revient notamment sur la mise en place de la plateforme rassemblant les initiatives locales au service des circuits courts, avec la mise en relation des producteurs et consommateurs.

- Quel est l’objectif de cette plateforme ?

J.C. Anglars : «L’objectif est de répondre aux attentes des consommateurs qui ont fortement évolué vers «le consommer local» depuis le début du confinement. Le Conseil départemental et la Chambre d’agriculture ont recensé les communes où il est possible de s’approvisionner en produits frais et de qualité. Le site internet du Conseil départemental propose une carte interactive avec des points de vente et contacts permettant d’acheter des produits locaux, avec une mise à jour chaque semaine. Nous avons par ailleurs encouragé le développement des drive, en espérant que tous ces dispositifs de vente de produits locaux se perpétuent au delà du confinement.

- Comment suivez-vous l’actualité agricole en cette période de crise sanitaire ?

J.C. A : Le Département poursuit tous les accompagnements de ses actions en faveur de l’agriculture, des organismes agricoles. Nous avons suivi les mesures destinées au remplacement des agriculteurs notamment. Nous restons très attentifs à l’évolution du marché de la viande bovine par exemple et avons été actifs pour la réouverture des marchés de Laissac, Réquista, Villeneuve, les marchés de plein air. Nous étions favorables à leur réouverture avec le respect des règles sanitaires.

- Aveyron Labo peut-il être concerné par les tests de dépistage du Covid-19 ?

J.C. A : Aveyron Labo, laboratoire départemental, transformé en Groupement d’Intérêt Public depuis 2013 (plus de 100 personnes), est prêt pour les tests de dépistage du Covid-19. Il est à la disposition de l’Agence régionale de santé (ARS). D’après nos informations, il devrait être sollicité par l’ARS pour appliquer le protocole de dépistage du Covid-19 avec des tests visant à réussir la suite du déconfinement».

D.B

 éleveurs+virus+aveyron

Précédents articles

07 Mai 2020 | Toulouse : des fromages AOP pour les routiers ! [vidéo]
06 Mai 2020 | Réouverture des écoles : l’Union régionale des Associations des maires d’Occitanie communique
01 Mai 2020 | Opération communication à Toulouse début mai : des fromages AOP pour les routiers !
29 Avril 2020 | Marché aux bestiaux de Villeneuve : réouverture lundi 4 mai
27 Avril 2020 | Groupement de gendarmerie départemental Aveyron : «Un confinement bien respecté»
27 Avril 2020 | Groupement de gendarmerie départemental Aveyron : «Un confinement bien respecté»
24 Avril 2020 | Agrolab’s et l'application des accords interprofessionnels relatifs au paiement du lait à la qualité
21 Avril 2020 | Covid-19 et masques «grand public» : la précision de l'ADM12 (maires de l'Aveyron)
17 Avril 2020 | La profession vétérinaire face au confinement : «Le bon sens prévaut»
17 Avril 2020 | La profession vétérinaire face au confinement : «Le bon sens prévaut»
Voir toutes les archives